murder

Quand l'IoT résout une enquête

Un bracelet connecté implique un mari pour le meurtre de sa femme. Il sert de preuve à charge pour l’enquête jusqu'ici jamais résolue.

2015. Connie Debate trouve la mort à son domicile dans le Connecticut : elle a été, il semblerait, tuée par un cambrioleur qui s’était introduit chez elle et avait trouvé le 357 Magnum de son mari. Ce dernier, dévasté, a témoigné aux forces de l’ordre avoir retrouvé sa femme morte à 9 heures du matin et vu l'homme en fuite. Depuis, l’enquête avait du mal à avancer, car plus les policiers fouinaient, plus ils avaient de mal à croire à l’existence de cette tierce personne… les charges s’accumulaient contre le mari, Richard.

Ce dernier, infidèle, avait déjà une maitresse au moment où sa femme est décédée ; une maitresse enceinte de lui. De plus, le deuil n’a pas tardé à prendre fin pour Richard, qui a très vite réclamé l’assurance-vie de sa femme. En pure perte, puisque la compagnie d’assurance exigeait des délais plus importants.

Seule manquait, LA preuve. Et c’est en explorant le Fitbit de Connie que les enquêteurs ont trouvé : le bracelet connecté indique en effet que des données physiologiques de la victime étaient encore enregistrées à 10h, soit une heure après que son mari l’ai retrouvée, comme il dit, morte.

Pour l’instant, Richard clame toujours son innocence. Les objets connectés empêcheraient-ils le crime parfait ?
premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.