habillage
premium1
Pancarte indique
© Gwengoat via Getty Images

Chasser les trolls, noter les conditions d'utilisation... 7 gestes pour rendre Internet plus sympa

Le 30 avr. 2019

Internet n’est pas très en forme. C'est le constat du rapport « Internet Health Report 2019 » de la fondation Mozilla en avril 2019. Cybercriminalité, trolls... Il existe de petits gestes à adopter pour lutter activement contre tout ces désagréments.

Le web a 30 ans et il va mal, nous rabâche-t-on. Il est devenu l’antre du capitalisme de surveillance où de vilains trolls relaient fake news et insultes racistes à longueur de journée. Ok, mais qu’est-ce qu’on peut y faire ? Le rapport de la fondation Mozilla « Internet Health Report 2019 » publié le 23 avril 2019 propose quelques actions à mener à l'échelle individuelle pour qu’internet soit plus sûr, ouvert et inclusif. 

Mieux protéger vos comptes sur les réseaux

C’est bon pour vous et c’est bon pour la lutte contre la cybercriminalité en général. Vous pouvez déjà vérifier si vous n’êtes pas victime d’un pillage illégal de vos données en entrant votre adresse e-mail sur Firefox Monitor ou sur le site HaveIbeenPwned. Pour éviter tout piratage en série, Mozilla suggère d’utiliser un mot de passe par site web. Des applications de gestion de mots de passe comme 1Password, Lastpass, Dashlane et Bitwarden vous aident à vous y retrouver.

Noter les conditions d'utilisation 

« J’ai lu les conditions d’utilisation et j’accepte ». Combien de fois avez-vous cliqué machinalement sur ce bouton lors de vos pérégrinations en ligne ?  On ne vous juge pas : il faut parfois plusieurs heures pour lire sérieusement ces conditions et le langage employé est souvent jargonneux. Les membres du projet Terms of Service ; Didn’t Read (ToS;DR) le font pour vous (mais vous pouvez les aider !). La plateforme propose aux volontaires de lire et de commenter les conditions d’utilisation de différents sites web. Le but est de créer un système de notation pour que les utilisateurs puissent évaluer plus rapidement si le site respecte leurs droits.

Donner un peu de votre voix 

Le business de la voix est aujourd’hui trusté par les géants de la tech comme Amazon, Google et Apple. Mozilla a lancé une plateforme réunissant différents extraits de voix en accès libre pour permettre à de nouvelles applications de se créer. Et ainsi lutter contre l'oligopole des GAFA. Vous pouvez y déposer un extrait de votre voix ou écouter les autres extraits pour vérifier que la prononciation d'une phrase est correcte par exemple. Le but est que la banque de données soit la plus représentative possible des différentes voix du monde. Cela permettrait peut-être d’obtenir des assistants vocaux plus inclusifs qu’Alexa et compagnie. 16 langues sont pour le moment concernées.

Devenir un chasseur de troll

Sur Twitter, être victime de propos haineux est chose commune. En particulier pour les femmes journalistes. Deux tiers de celles interrogées par la plateforme TrollBuster (créée par Michelle Ferrier, ancienne journaliste américaine elle-même victime de harcèlement) ont été victimes de cyberharcèlement. Et vous pouvez changer la donne. Si vous êtes témoin de cyberharcèlement (ou que vous en êtes victime), tout ce que vous avez à faire est de rapporter la situation à TrollBuster. La plateforme se chargera d’aider la victime à signaler le troll à la plateforme et aux autorités, lui donnera des conseils pour qu’elle se protège et l’aidera à rétablir sa réputation sur les réseaux. 

Faire la peau aux algorithmes biaisés

Maintenant que vous vous êtes échauffés avec les trolls, au tour des méchants algorithmes : ceux qui renforcent les biais sexistes et racistes. Parmi eux, on peut citer les systèmes de reconnaissance faciale qui ne fonctionnent pas pour les personnes noires, par exemple. Vous pouvez faire part des biais que vous repérez à l’Algorithmic Justice League (AJL), une initiative lancée par Joy Buolamwini, chercheuse au MIT Media Lab. Les développeurs de technologies peuvent soumettre leurs algorithmes à l’AJL pour qu’ils vérifient si ceux-ci sont inclusifs.

Participer enfin à Wikipedia

L’encyclopédie en ligne vous a tant donné, il est temps de lui rendre la pareille. Wikipedia reste l’un des symboles d'un web libre et gratuit. Mozilla rappelle que l’encyclopédie collaborative n’est qu’un des nombreux projets de Wikimedia. Il y a aussi le dictionnaire libre Wiktionnaire, les bibliothèques Wikisource et Wikibooks, la banque d’images Wikimedia Commons…

Réfléchir à deux fois avant de donner son ADN

Pas trop à se fouler ici, juste réfléchir quelques instants. Envoyer un peu de sa salive à 23andMe ou MyHeritage pour obtenir son profil génétique est devenu très tendance aux États-Unis. La mode commence à prendre un peu en France. Le problème c’est qu’en envoyant votre ADN, vous exposez aussi les membres de votre famille (même éloignés) qui ne souhaitent peut-être pas partager leurs données génétiques. Et les lois concernant ces données peuvent évoluer, s’inquiète Mozilla. Obtenir une assurance pourrait par exemple dépendre de votre propension génétique à développer un cancer selon vos données génétiques…

Et une fois que vous avez fait tout ça, on peut vous recommander d'essayer d’autres moteurs de recherche et réseaux sociaux que ceux des GAFA pour décentraliser un peu le web, brouiller vos données, éviter les pièces jointes dans vos e-mails… 

POUR ALLER PLUS LOIN :

>« Au lieu de rendre la planète plus intelligente, Internet développe une sous-culture de la médiocrité. »

> Oui, Internet conspire à nous rendre cons, très cons, de plus en plus cons

> Réconcilier écologie et numérique, il y a du boulot mais c’est possible

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.