premium 1
des pillules pleine de paillettes sur un fond rose
© rawpixel on Unsplash

Les dealers du darknet se mettent au bio et au commerce équitable

Le 29 janv. 2019

La révolution du bio et des produits éthiques ne concerne pas seulement le café et le chocolat. Sur le darknet, les dealers veulent satisfaire une clientèle toujours plus avide de produits sains et de circuits courts. 

Amis de la nature et des petits producteurs indépendants, le darknet vous a bien compris. Entre des ventes de cartes bleues volées ou des demandes de hackers, vous pouvez trouver des drogues vendues sous un label bio ou éthique. Une enquête du Telegraph révèle qu'il est facile de trouver des annonces étranges (et drôles) vous promettant du LSD « bio et vegan ».

 

« Promis vous ne donnez pas d'argent à la mafia »

Pour ceux qui s’intéressent tout particulièrement au sort des petits paysans, pas de crainte. Vous pouvez acheter de la NN-DMT (un puissant hallucinogène) fabriquée à partir de Mimosa Hostilis, cultivé de manière durable et éthique dans des fermes brésiliennes. Dans une autre annonce, un dealer assure que l’argent récolté n’ira jamais à « une organisation criminelle impliquée dans le trafic d’humains, la prostitution ou d’autres pratiques moralement et éthiquement indéfendables ». On y croît à mort…

une petite annonce de drogue

Même les dealers se mettent au greenwashing

À partir de là, on peut commencer à se demander si tout ça ne s’apparente pas à une formidable opération de greenwashing. Après tout, les dealers utilisent déjà des méthodes de marketing issues de business légaux comme les promotions ou les cartes de fidélité. L’arrivée du bio et de l’éthique participe à la même stratégie : capter des clients plus aisés qui cherchent des produits de qualité (ou du moins une promesse de qualité). En janvier 2019, le mail Online rapportait que ces arguments écolos se retrouvaient même dans la rue. Dans l’article, un usager de drogues expliquait que son dealer lui servait sa cocaïne dans de petites capsules de plastique réutilisables, un peu à la manière des verres consignés des festivals de musique.

Non, la cocaïne n'est pas éthique

Vous vous en doutez, la plupart des drogues proposées sur le darknet ne sont pas éthiques ni labélisées Bio. Comme l’indique le porte-parole de la National Crime Agency britannique, la plupart des produits sont des drogues de synthèse fabriquées dans des laboratoires clandestins en Chine ou en Europe de l’Est. On est loin du petit artisan passionné et des circuits courts. Quand à la cocaïne éthique, le magazine Neon rappelle que l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a enregistré près de 15 000 morts en Colombie et 23 000 au Mexique, dues pour l’essentiel aux guerres entre cartels.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.