habillage
premium1
premium1
un virus ebola
© Photo by CDC sur Unsplash

Coronavirus : la Chine bannit un jeu mobile dont l'objectif est la diffusion d'un virus mortel

Le 2 mars 2020

En pleine propagation du coronavirus, le jeu vidéo Plague Inc. avait vu bondir ses téléchargements. Aujourd'hui, le gouvernement chinois réagit en le faisant retirer de l'AppStore iOS.

La raison de ce retrait forcé : le jeu, projeté en tête de l'AppStore chinois en janvier dernier, « inclut du contenu illégal en Chine », selon l’administration en charge du cyber espace, révèle le média américain Wired.

130 millions de joueurs veulent détruire l'humanité

Créé par Ndemic Creations, studio indépendant basé à Londres, Plague Inc. projette le joueur dans un monde apocalyptique où il doit faire évoluer et répandre un agent pathogène afin de créer une pandémie et détruire l’humanité.

« Il n’est pas évident pour nous que ce retrait de l'AppStore du jeu soit lié à l’épidémie de coronavirus chinoise actuelle », rapporte Ndemic Creations dans un blogpost. « La situation est complètement hors de notre contrôle », précise le studio britannique qui s’était empressé de rappeler en janvier dernier que le jeu n’était basé sur aucun modèle scientifique.

Force est de constater que l'épidémie inspire les joueurs, comme en témoigne le youtubeur-gamer anglophone Pravus Gaming (402 000 abonnés).

Ce dernier précise néanmoins : « Il est important de se rappeler que les épidémies de maladies mortelles sont une menace réelle. Heureusement, le monde réel n’aura jamais à souffrir autant que le monde fictif que je détruis dans cette vidéo. »

Lancé en mai 2012, le jeu qui rassemble aujourd'hui plus de 130 millions de joueurs avait aussi connu un pic de téléchargement lors des épidémies de 2014 liées au virus Ebola.

La Chine et les jeux vidéos

Après avoir censuré des applications de communication (Skype) ou d’information (The New York Times), la Chine, premier marché du jeu vidéo au monde (600 millions de joueurs, 30 milliards de dollars chaque année), s'attaque à l'une de ses plus puissantes industries. Parmi les thèmes qui ne seront plus approuvés par le gouvernement : les jeux de hasard, poker et mahjong, les effusions de sang, mais aussi certaines références au passé impérial de l'empire du Milieu, comme celles aux harems, jugés immoraux. Le territoire de la surveillance n'en a pas fini de s'élargir...

Depuis décembre 2018, un comité éthique évalue la légitimité des jeux vidéos et éradique ceux qui montrent trop de sang ou de cadavres.

Sur Twitter, Daniel Ahmad, Senior Analyst chez Niko Partners, entreprise spécialisée dans le conseil et les études de marché pour l’industrie du jeu asiatique, explique que la Chine a, de par le passé, déjà endigué la diffusion de jeux vidéo sous prétexte qu’ils mettaient en danger l’ordre social.

Laure Coromines - Le 2 mars 2020
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.