Femme portant une veste en jean fait deux doigts d'honneur face à la caméra

Amazon a une idée : transformer votre main en carte bancaire

© AaronAmat via Getty Images

L'entreprise de Jeff Bezos développe une nouvelle technologie permettant de payer directement avec... sa main. 

Certes, lorsqu'on explique à Mamie que l'on paye courgettes et tomates cerises avec notre smartphone, nous avons immanquablement droit à un regard vide d'expression (au mieux), ou soupçonneux (au pire). Or, n'en déplaise à votre grand-mère, la pratique est devenue depuis quelques années tout à fait passe-partout. Et les géants de la tech, de plus en plus flippants et farfelus, veulent aller encore plus loin. 

300 millisecondes pour scanner votre main

Le second A des GAFAM a récemment déposé un brevet afin de protéger un « système d’identification biométrique sans contact » . Au programme : un rapide scanner de la main (seulement 300 millisecondes ! ) pour que les consommateurs puissent payer leurs achats plus rapidement.

Comment ça marche ? Les données bancaires de l'utilisateur sont affiliées à ses empreintes digitales, le tout stocké quelque part dans le cloud. Sans exclure complètement les tentatives de piratage, donc... 

En collaboration avec VISA, il s'agit pour un Jeff Bezos toujours dans le tempo de savoir où pourrait être déployée et testée cette nouvelle technologie. En ligne de mire : toutes les enseignes de service rapide, type Starbucks et autres fast-foods, sans oublier les propres boutiques du géant. 

Et la RGPD dans tout ça? 

Certes, aujourd'hui Apple Pay autorise déjà ses utilisateurs à régler leurs achats grâce à la reconnaissance faciale. Seulement les données ne sont a priori pas stockées dans le cloud, mais en local dans votre iPhone. Grâce à cela, Apple Pay évite de se faire taper sur les doigts.

De son côté, pour exporter son innovation en Europe, Amazon va devoir composer avec la RGPD. Entrée en vigueur en 2016 et applicable depuis mai 2018, la législation qui encadre la collecte et l'utilisation des données privées des utilisateurs risque de mettre des bâtons dans les roues de la grande machine Amazon.

N'hésitons pas à rappeler au passage qu'Amazon s'est récemment hissée à la première place d'un classement (The Evil List) lancé par le média américain Slate, qui tentait de déterminer avec un panel d'experts de l'industrie quelles étaient les entreprises tech les plus maléfiques autour du globe. 

 

Alors oui bien sûr, farfouiller dans son sac à main plein à craquer pour en extraire un portefeuille-feuille sens dessus dessous, c'est un chouïa pénible... mais ça n'a rien d'impossible ! Alors, vraiment ? Céder à Jeff Bezos son empreinte digitale, en plus de tout le reste, pour gagner 5 secondes en caisse, est-ce que ça vaut le coup ?  

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.