habillage
premium 1
premium 1
une femme en salopette dans un champ une tablette à la main face à un robot orange
© baranozdemir via Getty Images

Agriculture : la tech est dans le pré

Le 25 févr. 2020

Avec plus de 250 start-up spécialisées dans l’agriculture, la France est bien décidée à prendre le virage de l’agriculture technologique (AgTech). Adieu donc, faucilles, charrues, épouvantails... Bonjour drones, logiciels, robots et satellites !

Alors que la population mondiale augmente de quelques 200 000 personnes chaque jour, optimiser la production alimentaire sans détruire la planète au passage est un problème dont nous avions besoin de trouver la solution (tech ?) la semaine dernière… À ce jour, 67% des agriculteurs font déjà appel aux nouvelles technologies pour gérer leur exploitation. En plein Salon de l’agriculture, rapide état des lieux de l'AgTech en France.

Robots désherbants et drones pour surveiller les champs

« Aujourd’hui on a des tracteurs quasiment autonomes, qui n’ont presque plus besoin de conducteurs », confie Stéphane Marcel, responsable du numérique chez InVivo, premier groupe coopératif agricole français, au média Euractiv. « Les technologies de guidages, le recours aux satellites pour géolocaliser les opérations, mais aussi les smartphones, les logiciels voire les drones font désormais partie intégrante du quotidien des agriculteurs », explique le média.

Drones et objets connectés permettent notamment de rassembler des informations plus précises sur l’état des cultures ou des animaux. En partenariat avec Parrot, Arinov, récemment fermé, scannait les champs depuis le ciel pour détecter les parcelles de de terrain ayant besoin d’être arrosées.

Côté robots, Naio Technologies désherbe et Toutilo permet, dans un souci de confort, de récolter fruits et légumes en position allongée. En termes de surveillance des troupeaux, les capteurs de Biopic suivent avec précision le cycle biologique des vaches pour savoir quand ces dernières mettront bas…

Au-delà des outils purement tech ayant infiltré les filières agricoles, ce sont aussi de nouvelles plateformes qui sont nées pour faciliter la vie des fermiers : WeFarmUp, sorte de Bon Coin pour échanger produits et prestations, Agriconomonie, pour se procurer des pièces de tracteurs ou des semences, ou encore ComparateurAgricole.com, pour vendre des céréales ou s’approvisionner en ligne.

PAC et agence spatiale européenne, même combat

Et ce ne sont pas seulement les exploitations qui se mettent au diapason, note le média, mais aussi les modes de contrôle du respect de la Politique Agricole Commune (PAC). En effet, les aides étant allouées en fonction de certains critères, l’agriculteur a potentiellement intérêt à préserver certaines informations de l’organisme payeur, comme l’analyse l’OCDE (« les opportunités numériques des politiques agricoles) et le rappelle Euractiv.

Pour éviter que les 59 milliards d’euros alloués aux agriculteurs ne fassent l’objet de fraudes, l’imagerie satellite s’invite dans la partie. Les satellites Sentinel 1 et 2 fournissent en partenariat avec l’Agence spatiale européenne des données sur les exploitations, depuis le type de culture développé jusqu’à la taille des parcelles en passant par la présence de jachères…

À bout de souffle, le modèle agricole classique semble être à l’aube d’une refonte complète, tiré par la manche par une nébuleuse d’acteurs hétéroclites, qu’ils soient néo-paysans, ou à l’instar d’acteurs comme Agricool ou de la Ferme digitale, startuppers citadins à la pointe de la recherche.

Laure Coromines - Le 25 févr. 2020
premium2
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.