40 millions d’Américains ont perdu le contrôle de leurs données de santé

40 millions d’Américains ont perdu le contrôle de leurs données de santé

La tendance inquiète, les chiffres sont éloquents. En 2021, près de 40 millions d’Américains ont fait les frais d’un vol de données de santé.

Si vous ne le saviez pas encore, vos données de santé valent de l’or pour de nombreux hackers qui, cette année, en ont fait une cible privilégiée.

De nombreuses brèches, un impact immédiat

D’après The Verge, les piratages et les vols de données de santé ont presque doublé depuis un an aux États-Unis. Avec 578 cas de brèches informatiques, 40 millions d’Américains ont donc été touchés en 2021, soit bien plus que les 26 millions concernés en 2020. Nom, âge, historique médical… Toutes ces données ont un prix considérable sur le marché noir et valent bien plus que des coordonnées bancaires, susceptibles de changer rapidement.

D’après The Verge, un hacker peut ainsi espérer usurper l’identité d’un patient pour extorquer des médicaments et générer du profit sur leur revente. Pour les patients, les répercussions peuvent être terribles et ce à différentes échelles. Pour un individu, la fuite de ses données de santé pose un problème d’ordre éthique et financier. Pour un hôpital, certaines attaques peuvent entraîner la panne ponctuelle de tout un système informatique, ralentissant l’efficacité des soins pour de nombreux patients.

Une transition numérique pleine de failles sécuritaires

Comment expliquer une telle augmentation des vols de données ? Si les cas augmentent, c’est aussi au fil d’une transition numérique pleine de failles sécuritaires. Les dossiers des patients ont été classés sur des serveurs ou des interfaces parfois mal verrouillées.

Aujourd’hui, les hackers n’ont qu’à s’immiscer dans le système, et n’ont plus besoin d’aller fouiller dans un appareil volé pour récolter ce type d’informations. Et si les défauts informatiques doivent être revus, il reste beaucoup à faire pour sensibiliser les patients à ce type de risques. D’après une étude de l’agence américaine Armis (spécialisée en cybersécurité), 61 % des Américains interrogés n’ont pas connaissance de ces vols de données de santé avant d'être notifiés par les hôpitaux.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.