Un homme qui va faire une opération de chirurgie esthétique sur le visage

Chirurgie : les hommes aussi se refont le portrait à cause de Zoom

© D-Keine via GettyImages

La chirurgie esthétique n'est plus l'apanage des femmes. À la faveur de la pandémie, la demande de la part des hommes explose.

Depuis que Zoom est entré dans nos vies quotidiennes, on passe beaucoup de temps à se regarder dans la fenêtre de visioconférence. Rassurez-vous c’est tout à fait normal ! Comme l’explique l’autrice Meghan O’Gieblyn dans les colonnes de Wired, ça n’est pas du narcissisme exacerbé mais bien notre cerveau qui s’habitue à une nouvelle image de nous-même en action. Après tout, ça ne fait qu’un an.

Les hommes se mettent au Botox

Dès fin 2020, on parlait d’une pandémie de dysmorphie à force de voir nos têtes sur nos écrans. Et donc, un engouement pour la chirurgie esthétique. Une tendance à se refaire le portrait qui est bien souvent attribuée aux femmes. Mais les hommes sont loin d’être en reste.

Au Royaume-Uni, le Guardian note une « augmentation massive de la demande pour les procédures de médecine esthétique » de la part de la gent masculine. Dans le même article Salinda Johnson, Directrice médicale de la très hupée London Cosmetic Clinic, indique que la majorité de ses patients travaillent à la City. Leurs traitements préférés : injections de botox pour combler les rides ou redéfinir la mâchoire, remodelage du menton et réduction du double menton.  

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Dr. Salinda Johnson (@dr.salindajohnson_official)

Le jeunisme dans la tech

Ce boom de la chirurgie chez les hommes résulte d’un  « effet Covid » mais est surtout révélateur d’une tendance qui monte depuis plusieurs années. D’après l'American Society of Plastic Surgeons, le nombre d’hommes qui font des injections a augmenté de 99% en 20 ans. En cause, une culture du jeunisme très présente dans le monde du business et surtout dans l’industrie de la tech. Dans la Silicon Valley, où Mark Zuckerberg et son look d’ado ont longtemps été symboles de réussite, paraître 40 ans, c’est déjà être has been. Aïe...

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.