habillage
premium1
Gros plan sur la tête d'un adolescente rousse
© Christopher Campbell via Unsplash

Quelle vision du pouvoir ont les 18-30 ans ?

Le 28 janv. 2020

Argent, domination et testostérone... pour les 18-30 ans, le vrai pouvoir n'a pas beaucoup changé mais il n'est plus dans les mains des politiques.

Depuis 2016, l’étude #MoiJeune menée par 20Minutes et Opinion Way décrypte les aspirations, les usages, les craintes et la vision du monde des 18-30 ans. Pour commencer l’année 2020 que l’on annonce déjà chaotique, le média a interrogé les jeunes sur leur vision du pouvoir.  

Le pouvoir ? Une contrainte avant tout

Dès les premières réponses, le ton est donné. Pour les millennials, le pouvoir est avant une affaire de contrainte. Tendance du développement personnel oblige, depuis quelques années, on nous sert de l’empowerment à toutes les sauces. Mais pour les 18-30 ans, le pouvoir n’a pas grand-chose à voir avec les termes « possibilité », « liberté », « capacité ». Pour 81 % d’entre eux, autorité rime avec pouvoir. Quand on leur demande de citer un synonyme, ils sont près de 3 sur 10 à répondre spontanément « domination ».

Une vision très masculine du pouvoir

Pour les 18-30 ans, le pouvoir ressemble surtout à… un homme.  Parmi les figures actuelles citées, on retrouve donc Donald Trump, Emmanuel Macron, Vladimir Poutine, Jeff Bezos ou encore Mark Zuckerberg.

La jeune génération pense donc à 68 % que les hommes ont plus de pouvoir que les femmes. Et c'est surtout vrai chez les jeunes femmes ! Elles sont 82 % à bien se rendre compte que les hommes occupent toujours largement les positions de pouvoir. En Europe, depuis l’élection d'Ekaterini Sakellaropoulou à la présidence de la Grèce, seulement 12 d’entre elles sont à la tête d’un pays ou d’un gouvernement. Une situation qui pourrait avoir du mal à s’améliorer puisque parmi les jeunes interrogés, le pouvoir attire toujours plus les hommes (72 %) que les femmes (58 %).

Un pouvoir avant tout économique

Le pouvoir, ce n’est pas que de la testostérone, c’est surtout de l’argent. Sur ce point, les 18-30 ans sont formels : l’argent domine le monde.

Aux côtés des figures politiques citées par les personnes interrogées, on retrouve aussi Mark Zuckerberg, Jeff Bezos, et autres patrons de GAFA. D’ailleurs, les sondés considèrent que Mark Zuckerberg (59 %) possède plus de pouvoir que Donald Trump. (41 %)

L’influence de Google, Facebook, Amazon et Apple est clairement plus importante que celle des politiques. Les GAFA dominent le monde pour 2 jeunes sur 5 alors qu’ils ne sont que 21 % à considérer la politique comme le pouvoir qui régit le monde. On notera quand même 4 % de romantico-optimistes qui pensent que l’amour gouverne le monde.

Assez logiquement, quand on demande aux 18-30 ans quel poste de pouvoir ils aimeraient occuper, être à la tête d’une entreprise du CAC 40 (14 %) remporte plus de suffrage que d’être élu Président (6 %).

Mais aussi un pouvoir d'achat

Leur confiance dans le pouvoir politique largement entachée, les jeunes accordent plus de pouvoir à leur carte de crédit (74 %) qu’à leur carte d’électeur (18 %). Ils ont bien compris que les grandes marques – ils citent Google, Apple, Amazon, Facebook, Total, Coca-Cola, Monsanto – ont le pouvoir mais que cette puissance leur vient des consommateurs. Ainsi, 85 % des sondés se disent prêts à boycotter une marque et exercer leur pouvoir de consommateur. Ils sont 28 % à considérer les avis sur internet comme un vrai moyen d’action mais le boycott reste le levier de pouvoir privilégié par 55 % d’entre eux.

Pour une tranche d’âge au pouvoir d’achat réduit, le vrai pouvoir n’est pas donc dans la consommation mais plutôt dans la non-consommation.

Alice Huot - Le 28 janv. 2020
À lire aussi
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.