habillage
premium1
premium1
Une photo de Michael Bloomberg avec des billets de banque devant une montagne et un arc-en-ciel

Le milliardaire Michael Bloomberg achète le mot « climat » sur Google

Le 3 déc. 2019

L’ancien maire de New York vient d’annoncer sa candidature à la Présidence américaine. Pour rattraper son retard, il mise tout sur le climat et… Google Ad Words.

Les Américains pourraient bien élire un autre milliardaire à la tête des États-Unis en 2020. Et celui-ci compte bien s’occuper de la crise climatique. Michael Bloomberg, ancien maire de New York et 11e fortune mondiale d’après Forbes, a annoncé sa candidature à la primaire démocrate le 24 novembre. Soit 11 mois avant l’élection présidentielle, et un peu plus de 7 mois avant la primaire démocrate. Autant dire qu’il a un peu de retard.

Opération Google Ad Words

Heureusement, Michael Bloomberg a un plan pour rattraper ses opposants – parmi lesquels Elizabeth Warren, l’ancien Vice-Président Joe Biden et le socialiste Bernie Sanders. Et ce plan s’appelle Google Ad Words. À travers la régie publicitaire de Google, le candidat à la présidence a acheté le mot « climat » ainsi que 840 autres termes liés à la thématique, rapporte Gizmodo.

Alors même si la crise climatique est bien au programme de Michael Bloomberg, c’est surtout un moyen d’occuper une place vacante laissée par l’abandon du candidat écologiste Jay Inslee. Une aubaine pour Michael Bloomberg qui a investi massivement dans des publicités ciblées sur les requêtes environnementales. Ainsi, aux États-Unis, les utilisateurs de Google voient le site de campagne du candidat apparaître en haut des résultats lorsqu’ils cherchent des termes comme « climat », « changement climatique » ou « effondrement climatique ».

Séduire les convaincus comme les sceptiques

Et ce n’est pas tout. Pour remporter la primaire démocrate, Michael Bloomberg compte bien ratisser large et convaincre les électeurs en proie au doute. Voire quelques climatosceptiques. Ainsi, les termes « les meilleurs endroits pour survivre au changement climatique », « est-ce que le changement climatique est un mensonge » ou « opinion changement climatique » ont également été achetés par le milliardaire.

D’après Numerama, les investissements publicitaires du candidat Bloomberg représenteraient environ 700 000 euros pour un mois, soit près de 5 millions d’euros sur toute la durée de la primaire. Une goutte d’eau pour celui dont la fortune est estimée à 53 milliards de dollars.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.