Emmanuel Macron en forêt

Un deepfake d'Emmanuel Macron pour défendre une « vraie Loi Climat »

Le 25 mars 2021

Après la publicité, la musique et Hollywood, les deepfakes s’invitent dans les campagnes de mouvements citoyens. Et, cette fois-ci, c’est Emmanuel Macron qui en fait les frais.

« Mes chèr.es compatriotes, mes chèr.es ami.es, j’ai souhaité m’adresser à vous car je gardais en moi un secret depuis trop longtemps : je suis écologiste ». La dernière allocution d’Emmanuel Macron a de quoi surprendre. C’est bien normal puisque la vidéo de 2min30 publiée sur YouTube est un deepfake.

La campagne 100% carabistouilles

Pour appeler les Français et les Françaises à descendre dans la rue le 28 mars prochain pour la « Marche pour une vraie Loi Climat », le mouvement citoyen On Est Prêt a publié cet appel d’Emmanuel Macron « réalisé avec trucages ». Jouant à fond la carte de l’humour, la vidéo de On Est Prêt utilise les traits du Président pour dénoncer son inaction. Il est notamment accusé de « vider de leur substance la grande majorité des propositions » de la Convention Citoyenne pour le Climat et donc de soutenir une loi Climat sans intérêt. Même si on retrouve des expressions désuètes appréciées du Chef de l’État – comme carabistouilles – , les images sont l'œuvre d'une intelligence artificielle. En revanche, la Loi Climat en question sera réellement débattue à l'Assemblée Nationale à partir du 29 mars.

Des deepfakes pour la bonne cause ?

Entre la voix d'Elvis Presley et une vidéo virale de Tom Cruise sur TikTok, les deepfakes envahissent petit à petit notre quotidien. Ces vidéos plus vraies que natures réalisées grâce à l’IA ont souvent de quoi inquiéter. Des actrices connues se sont ainsi retrouvées à « jouer » dans des films pornos et la méthode avait même été utilisée par les soutiens de Trump à l’encontre de la démocrate Nancy Pelosi. Avec la campagne On Est Prêt, on découvre une nouvelle facette de ces vidéos truquées qui peuvent également servir la bonne cause. Mais sur Twitter, certains internautes s’inquiètent déjà que cette technologie qui contribue à brouiller toujours plus la frontière entre le réel et le virtuel soit utilisée pour protéger la planète. 

Alice Huot - Le 25 mars 2021
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.