habillage
premium1
premium1
phrase sur le bonheur sur fond blanc
© MAIF Social Club - Benjamin Isidore Juveneton

Vous prendrez bien un cours de bonheur avant d’aller au bureau ?

Le 25 avr. 2019

La dictature du bonheur est partout. Chief happiness officers, bots et bouquins de développement personnel, photos Instagram et plages de sable fin… Pourtant, être heureux est rarement ce que l'on croit. Démonstration en une expo au MAIF Social Club.

Tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, sans soupçonner que le vrai bonheur est dans la manière de gravir la pente.

C’est sur une phrase de Gabriel García Márquez (Cent ans de solitude, 1967) que débute Tentatives de bonheur, dernière exposition gratuite du MAIF Social Club à Paris. Décortiqué, analysé sous ses angles les plus insaisissables, le bonheur est souvent loin d’être une mince affaire. En particulier dans un monde où l’injonction au bonheur a tendance à provoquer l’inverse. Mais que l'on se rassure : il semblerait que ce sentiment de « plénitude » dépende entièrement de... nous !

Plaidoyer pour un bonheur frugal et imparfait

Pourtant - hormis certains fétichistes de la data qui quantifient le moindre aspect de leur vie pour en garder le contrôle - peu de gens peuvent se targuer d’avoir trouvé la clé du bonheur. L'exposition ne propose évidemment pas de recettes miracles. Elle se scinde en trois sections pour tenter de nous guider. À chacune d'elles, une hypothèse est posée : celle du rêve (décider de ses désirs et de sa propre réalité), celle de l’acceptation (admettre que la vie est loin d’être un long fleuve tranquille), et puis celle de la quête (se donner les moyens d’y croire et de trouver ce qui nous rend, nous et les autres, heureux).

Composé d’une dizaine d’œuvres, le parcours nous fait évoluer dans un décor un peu naïf, sorte de chemin initiatique jalonné par la parole de différents artistes. Avec un nuage flottant, composé de plaques de verre gravées créant l’illusion d’une masse cotonneuse, l’Argentin Leandro Erlich (on lui doit notamment la maison fondue devant la Gare du Nord à Paris, ndlr) nous rappelle que le réel n’est qu’une construction de l’esprit et qu’il peut être manipulé à l’infini.

chambre rouge avec des néons

Le Jardin des délices, Slimane Raïs, 2006

Plus loin, Le Jardin des délices de l’artiste Slimane Raïs cherche à nous faire relativiser. Dans une forêt de tiges métalliques, des microphones diffusent les confessions et questionnements intimes d’inconnus. Tous racontent la culpabilité qu’ils ont ressentie à un moment de leur vie, pour des fautes plus ou moins graves. L’une s’est introduite chez sa voisine et a torpillé le pot de glace de son congélateur quand elle avait 13 ans, l’autre s’est fait passer pour une femme qu’elle n’est pas en ligne pour conserver un lien avec son ancien amant… Il suffit de tendre l’oreille pour que les aveux s’enchaînent et qu’une forme d’indulgence se crée entre les visiteurs et ces anonymes.

Perdue : Espérance, depuis 2016, Laurent Lacotte

Le parcours se termine sur des œuvres à la portée plus collective, comme la série d’affiches « Perdue : Espérance », placardée dans le quartier du Marais. Dessus, une ligne téléphonique (celle de l’artiste) incite les passants à appeler à la condition d’avoir retrouvé non pas un chien, mais un peu d’espoir… Les réponses qu’il a reçues – certaines très premier degré, d’autres plus poétiques - sont compilées dans un livret. Elles sont la preuve qu’une forme d’empathie peut exister entre deux inconnus. Preuve aussi que l’autre, quel qu’il soit, peut apporter son lot de tendresse et de bienveillance : « Bonjour, j’ai retrouvé un peu d’espoir. C’est peut-être pas le vôtre mais il peut servir. Bonne journée. »

Tentatives de bonheur au MAIF Social Club : à découvrir du 26 avril au 26 juillet 2019


À LIRE AUSSI :

Exposition : plongez dans la réalité augmentée de Jeffrey Shaw à Enghien-les-Bains

Computer Grrrls, l’expo qui veut en finir avec les « boy’s clubs » de la tech

À l’Atelier des Lumières, Klimt passe le pinceau à Van Gogh

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.