dead or alive

Agressions sexuelles en réalité virtuelle

Le 9 sept. 2016

Un jeu vidéo japonais incite les joueurs à tripoter des naïades en maillot de bain… Sans leur consentement.

On pensait la réalité virtuelle vouée à de belles promesses. Avec la sortie du jeu vidéo Dead or Alive Xtreme 3, on a, tout d’un coup, quelques doutes.

Le scénario du jeu en lui-même peut laisser à désirer : l’objectif est de séduire une ribambelle de jeunes femmes aux courbes affolantes et aux bikinis de plus en plus riquiquis, dans l’objectif de les voir se dénuder au fur et à mesure des parties. Soit. On aime ou on n’aime pas, mais le plus grave n’est pas là.

 

Là où le jeu devient franchement gênant, c’est qu’il permet d’agresser sexuellement les femmes, toutes virtuelles soient-elles, qui peuplent l’île. Oui, agresser sexuellement : elles expriment leur refus, leur volonté de voir le joueur les laisser tranquilles, et pendant ce temps le but est de trouver un moyen de leur toucher le nichon ou de voir ce qu’il y a sous leur culotte. Or, comme chacun le sait, les agressions sexuelles sont des crimes punis par la loi.

DEAD OR ALIVE Xtreme 3 - PlayStation VR virtual reality support

Si le jeu ne devrait pas sortir en-dehors du Japon, son annonce n’a pas manqué de soulever les indignations… et de relancer de vieilles questions.

Après tout, ce n’est pas la première fois que le jeu vidéo rend le crime « ludique ». GTA en tête, l’industrie du jeu a tendance à rendre possible (pour ne pas dire à inciter) la violence gratuite. Pour autant, si elle est régulièrement pointée du doigt, ce n’est pas la violence d’un jeu vidéo qui fait de vous un psychopathe. De fait, rouler allègrement sur tout ce qui bouge dans GTA ne vous transformera pas illico en Mad Max…

Ce qui est plus dérangeant ici, peut-être, c’est la réalité virtuelle qui rend le tout beaucoup plus… réel justement. Tuer quelqu’un à coup de manette ou de joystick n'a pas la même ampleur que lorsque l’on se retrouve immergé dans le vif du sujet. Espérons que les gamers sauront faire la part des choses et qu’une fois sortis du jeu, ils comprendront qu’agresser les gens, aussi attirants soient-ils, ce n’est pas distrayant…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.