habillage
premium1
premium1
beyonce en marie-antoinette
© Beyoncé

Marie-Antoinette : de reine haïe à porte-parole des minorités

Le 21 nov. 2019

Peintures, manga, films, boîtes de macarons et de chocolats… Haïe de son vivant, l’ex-souveraine guillotinée fascine toujours autant, en particulier les artistes de la culture pop, qui se sont approprié son image rebelle et controversée pour porter certains messages.

Du Portrait de Marie-Antoinette à la rose peint par Élisabeth Vigée Le Brun en 1783, au manga La Rose de Versailles qui l’a rendue célèbre au Japon, en passant par le film pop éponyme de Sofia Coppola (2006) évoquant ses mœurs légères, Marie-Antoinette, souveraine détestée de son vivant n’a pourtant pas fini de nous fasciner. « Dans le roman national, Marie-Antoinette était une dépensière écervelée, déconnectée des malheurs du peuple, traîtresse à la France », écrit L’Obs. Plus de deux siècles plus tard et dans l’imaginaire collectif, elle est devenue une véritable icône, une reine pop qui s’affranchit des règles et que les artistes femmes adulent.

Transposée aussi bien à l’écran qu’en œuvres et objets marketing, elle fait aujourd’hui l’objet d’une exposition à la Conciergerie de Paris où 200 œuvres qu’elle a inspirées sont présentées jusqu’en janvier 2020. Parmi elles, des portraits officiels, des caricatures et dessins pornographiques, mais aussi des Unes de magazines où plusieurs célébrités posent en « Marie-Antoinette ».

Marie-Antoinette, une figure woke avant l’heure ?

« Marie-Antoinette, malgré son issue tragique, cristallisait beaucoup de haine, expliquait le psychiatre Jean-Victor Blanc lors d’une conférence sur la culture pop et la psychiatrie. Aujourd’hui, son personnage se prête à de nombreux sujets car il est porté par la culture pop, un outil de déstigmatisation puissant. » La preuve, certaines stars vont même jusqu’à porter son costume pour l’incarner et véhiculer certains messages. Réincarnée à la mode de l’époque, la reine devient la porte-parole de certaines communautés et minorités.

Dans les années 90, Madonna se grime comme la souveraine pour interpréter son tube Vogue aux MTV Awards. Habillés en costumes d’époques, ses danseurs exécutent des pas de voguing, une danse née dans les boîtes de nuit de la communauté LGBT afro-américaine dans les années 80.

En 2013, la chanteuse Beyoncé annonce une tournée mondiale avec un teaser « royal ». L’icône Noire y apparaît corsetée dans une robe sertie de pierres précieuses et parée d’un manteau en fourrure d’hermine, ce qui lui vaudra d’être plusieurs fois comparée à la souveraine.

En octobre dernier, même la starlette Camila Cabello se transformait en Marie-Antoinette sur le plateau de l’émission Saturday Night Live.

Elle confiera plus tard au magazine Rolling Stone : « Elle est tellement badass. Je veux être plus comme elle. Comme tout le monde d’ailleurs. »

Malgré son passé de « reine traîtresse », Marie-Antoinette est aujourd'hui perçue comme une femme forte, presque sainte, qui n'a pas froid aux yeux. « Ce côté sainte est repris par les princesses d’aujourd’hui, écrit France Culture, celles qui voient en Marie-Antoinette un modèle pour s’affirmer et s’affranchir de l’image de la “femme de”. »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.