habillage
premium1
premium1
une soirée un dj et des confettis
© Danny Howe via Unsplash

Intersect : le festival d’Amazon boycotté par plus de 800 artistes

Le 28 oct. 2019

Intersect, festival musical du géant Amazon, doit avoir lieu les 6 et 7 décembre 2019 à Las Vegas. Mais son annonce a provoqué un tollé du côté des médias, ainsi que des artistes. Ils sont plus de 800 à appeler au boycott de l’événement.

Sur le papier, Intersect, événement musical à la croisée entre « musique, art et technologie » a tout du festival à la mode. Line-up et têtes d’affiche alléchantes (le rappeur Anderson .Paak et Foo Fighters sont normalement attendus), jeux d’arcade, piscine à balles géante, show « dronesque », mapping vidéo projeté sur une tour de 6 étages… le programme promet de mettre le feu à Las Vegas les 6 et 7 décembre prochains. Aux manettes ? Amazon, ou plus précisément AWS (Amazon Web Services), une branche de l’entreprise spécialisée dans les services de cloud computing et de gestion des données. Et c'est bien là le problème.

« Encore un coup marketing »

Après l’annonce du festival, le 16 octobre dernier, le magazine Rolling Stone écrivait : « Alors que Spotify est aux prises avec des podcasts et qu'Apple explore la possibilité de combiner des albums avec d'autres sources de divertissement, Amazon continue de s'introduire dans le secteur de la musique sous un angle totalement différent ». Il cite notamment le récent lancement par le géant de la tech d’une plateforme de streaming musical (Amazon Music HD) ou encore l’organisation d’un concert célébrant le Prime Day, jour de promo dédié aux membres.

Certains noms de l'industrie ne voient là qu’un événement « plus commercial que musical », rapporte Courrier International. Alors que le Guardian reproche au festival de n’exister que pour « exploiter les artistes et leur audience » et redorer sa crédibilité sans proposer d’expérience culturelle inspirante, Rolling Stone critique « le caractère aléatoire » du festival : « de son esthétique à sa programmation sans genre ». Des reproches qui font écho à l’instagrammisation croissante de certains lieux culturels où le fun prime sur la proposition de valeur.

Les artistes se rebiffent

En ligne, près de 800 artistes se sont indignés dans une lettre ouverte contre le géant de la tech.

Ils reprochent notamment à l’entreprise de cautionner les agissements de l’ICE, l’agence de police douanière des États-Unis. En effet, la division Amazon Web Services travaille avec Palantir, une société spécialisée dans l’analyse de données, laquelle permet au gouvernement américain d’identifier et d’arrêter des migrants traversant illégalement la frontière par exemple.

« Nous ne permettrons pas à Amazon d'exploiter notre créativité pour promouvoir sa marque alors que l’entreprise contribue à attaquer des migrants, des communautés de couleur, des travailleurs et des économies locales. Nous appelons tous les artistes qui croient aux droits fondamentaux et à la dignité humaine à nous rejoindre », ont écrit les artistes.

Ils promettent notamment de ne pas participer à des événements sponsorisés par Amazon ni d'engager des partenariats exclusifs avec la société.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.