Images issues du compte fashion.biologique sur Insta

Papillon, champignon ou plumage exotique... il n'y a pas que l'imprimé léopard qui peut inspirer notre vestiaire

© Jill Sherman Instagram

Sur sa page Instagram @fashion.biologique, l’américaine Jill Sherman s’amuse à comparer des créations haute couture avec des créatures vivantes. Les ressemblances sont saisissantes et inspirantes. Entretien.

Elle ne travaille pas dans la mode. Elle n'est ni mycologue (spécialiste des champignons), ni entomologiste (spécialiste des insectes), ni ornithologue (spécialiste des oiseaux)... Jill Sherman bosse dans la pub et elle est devenue l'experte internationale d'une spécialité qu'elle a inventé : l’éco-inspiration dans la mode. Sur son compte Instagram @fashion.biologique, la jeune publicitaire compare certaines créations vues dans les défilés à des formes qu'on trouve dans la nature. On découvre comment certains designers de la haute couture puisent, parfois sans le savoir, dans le catalogue infiniment varié et inventif de la nature pour imaginer un vestiaire splendide. Nature is the new black !

Comment avez-vous décidé de mettre en parallèle mode et biologie ?

Jill Sherman : Ma bio Instagram est en partie vraie lorsque je dis « Mon père m’a pris mes Vogue, donc j’ai lu une encyclopédie ». En fait, mon père nous a effectivement interdit la télé lorsque j’avais 10 ans, convaincu qu’il fallait que nous passions davantage de temps dehors et à lire. Notre bibliothèque était remplie d’Encyclopædia Britannica. Du coup après l’école, j’étais soit dehors en train d’explorer le monde, soit le nez dans une encyclopédie. Aujourd'hui, j’aime l’idée d’utiliser la mode pour connecter les gens à la nature, leur apprendre quelque chose de nouveau. La plupart me suivent parce qu’ils aiment la mode, mais finalement, je vais davantage leur raconter des choses sur la nature que sur les designers.

Entre les tenues et les créatures, les similitudes sont frappantes. Comment faites-vous les rapprochements ?

J. S. : J’ai une mémoire photographique. Je suis attirée par les formes, les textures que j'adore trouver dans les livres scientifiques – comme un guide visuel des champignons (elle montre le livre qu’elle a sur sa table, Ndlr). Lorsque je regarde les défilés, ces motifs me reviennent.

Pour les créateurs, s’agit-il d’inspirations directes ou d’heureuses coïncidences ?

J. S. : Je crois que pour quelques-uns, c’est intentionnel. Les designers comme Alexander McQueen ou Iris van Herpen sont connus pour tirer leurs inspirations de la nature. Mais pour la plupart, ce sont de belles coïncidences. Je reçois parfois des messages des designers pour me dire qu’ils ont adoré la connexion et que c’était non-intentionnel. C’était par exemple le cas avec cette tenue de la maison de couture américaine Rodarte et cette fleur rose, très ressemblantes sans le vouloir.

Les créateurs reconnaissent-ils parfois que la nature les a inspirés ?

J. S. : Pendant la fashion week, les designers publient des explications de ce qui les inspire mais c’est généralement très métaphorique, poétique : ils sont inspirés par un sentiment, un instant. J’attends toujours de voir un designer qui reconnaît avoir été inspiré par la carapace d’une tortue !

Utilisez-vous des outils numériques (recherche par image, par couleurs, etc.) ?

J. S. : J’ai essayé mais ils ne marchent pas. Les intelligences artificielles recherchent des motifs similaires et ne sont pas encore assez sophistiquées.

Quelle est votre comparaison favorite ?

J. S. : La création de Iris van Herpen et l’intérieur de la bouche d'un poisson. C’est l’un de mes posts les plus partagés, les gens n’en revenaient pas de la similitude. Ce poisson n’était pas l’inspiration d’Iris van Herpen, elle avait été inspirée par la symétrie. 

Quelle famille d’espèces revient le plus souvent dans les inspirations ?

J. S. : Les champignons. La variété des textures, des formes et des couleurs est sans fin.

Entre la nature et la mode, qui se montre la plus créative ?

J. S. : Sans hésiter, la nature, toujours !

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.