Ils ont moins de 18 ans et ont percé dans le business des NFT

© Nyla Hayesn - Long Neckie Ladies

Ils s’appellent Victor, Benyamin et Nyla, n'ont pas encore 18 ans, et gagnent déjà très bien leur vie grâce aux NFT. Artistes, mais aussi experts des réseaux sociaux biberonnés aux jeux vidéo, ils pourraient annoncer le futur du marché de l’art... et du business en général.

Un jeu d’enfant les cryptos ? C’est ce que laissent penser ces adolescents qui sont de plus en plus nombreux à percer sur les plateformes de vente d’art numérique, et plus généralement dans le monde des NFT.

À la manière de certificats d’authenticité, ces actifs numériques basés sur la blockchain permettent d’assurer la véracité d’un bien numérique et d’en sécuriser la vente ou l’achat. Une aubaine pour le monde de l’art qui a vu la bulle exploser depuis que Beeple, premier artiste à vendre une œuvre numérique par ce biais, est reparti avec près de 70 millions de dollars en poche en mars dernier. 

NFT : les ados passent pros

Depuis, les artistes sont nombreux à tenter leur chance. Les « natifs du numérique » ne sont pas en reste et semblent même avoir une longueur d’avance sur le marché. Victor Langlois aka @fewocious, figure de proue d’une communauté de jeunes crypto-artistes à seulement 18 ans, l’explique au Time très simplement.

« Nous avons grandi en jouant sur les réseaux sociaux, en regardant des vidéos YouTube ou en jouant à des jeux vidéo. Nous comprenons donc, depuis notre enfance, ce que signifie échanger des actifs numériques dans un jeu vidéo, travailler pour obtenir [des choses comme] une armure et passer au niveau suivant » , explique celui qui aurait encaissé plus de 18 millions de dollars sur ses propres ventes en NFT au cours de la dernière année. « Cela se traduit naturellement par des NFT, c'est comme échanger des objets de collection ou échanger de l’art. »

Victor, dont le travail coloré est centré sur l’identité de genre, n’est pas le seul adolescent à avoir percé dans le milieu. Découvrez, ci-dessous, quelques-uns des nouveaux chouchous du marché. 

Nyla Hayes, 12 ans

Artiste depuis ses quatre ans, la jeune Nyla s'est faite connaître dans le monde des NFT avec sa série Long Neckie Ladies, une collection de dessins de 3333 femmes différentes, générée par ordinateur.

Benyamin Ahmed, 12 ans 

Pas de vacances pour Benyamin Ahmed, fils de développeur et codeur en herbe. Ce jeune Britannique a profité de son été pour créer ses Weird Whales, une série de plus de 3 000 images numériques représentant des baleines, sous forme de NFT. En moins de deux mois, il a gagné 290 000 livres, soit près de 340 000 euros, rapporte le Guardian.

Erin Beesley, 14 ans

Elle n'est encore qu'au collège, mais est déjà une virtuose de l'art génératif. Cette ado américaine a découvert les NFT en 2017 en s'amusant sur CryptoKitties, une plateforme décentralisée qui permet d’acheter, de collectionner, d’échanger ou de vendre de petits chatons virtuels. Elle vend la plupart de ses oeuvres sur la plateforme OpenSea.

Jaiden Stipp, 15 ans

Jaiden a commencé à vendre ses design sur le réseau communautaire Discord, mais ne jure plus que par les cryptomonnaies depuis mars, lorsqu'il a mis aux enchères le dessin d'un petit astronaute en NFT. Prix de vente ? 20 ETH (Ethereum), soit 30 000 dollars à l'époque. Il a depuis vendu quatre autres dessins et encaissé suffisamment d'argent pour aider ses parents à payer leur maison et leurs voitures, rapporte le Time.

Carlos Gomez, 18 ans

Solace, de son vrai nom Carlos Gomez, a commencé à faire des NFT sur un iPad il y a moins d'un an parce qu'il ne possédait pas d'ordinateur personnel. « J'ai vu comment l'art numérique se diffusait. C'était vu par les gens et valorisé, explique-t-il au New York Times. J'ai été pauvre toute ma vie. Les NFT l'ont changée pour toujours. »

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.