Fashion Week de Paris : ces marques qui surfent sur la « fatigue pandémique »
© Dior, Disturbing Beauty, 2021

Château de Versailles, boîtes de nuit et relativisme : ces marques qui surfent sur la « fatigue pandémique » pendant la Fashion Week

Le 9 mars 2021

Le défilé intime et confiné de Marine Serre, Coperni et son public en drive-in… La Fashion Week de Paris, une nouvelle fois virtuelle cette saison, a vu des marques documenter la crise au travers de leurs collections. En filigrane, l’expression d’une lassitude collective, mais aussi l'espoir de jours meilleurs.

Du 1er au 10 mars 2021, un peu moins d’une centaine de marques de prêt-à-porter féminin présentaient leurs collections pour l'automne-hiver 2021-2022 à l'occasion de la Fashion Week de Paris. 100% virtuel cette saison, l’évènement a vu certaines marques aborder, plus ou moins intentionnellement, les effets de la crise et nos envies d'ailleurs. Zoom sur trois défilés virtuels de la saison. 

Rêver de musées avec Dior 

Les musées et sites culturels sont fermés, mais Dior s’offre le château de Versailles. La maison française qui a dévoilé un film et une collection (Disturbing Beauty) inspirés des contes de fées, nous fait miroiter ses salons, ses lustres et sa célèbre galerie des Glaces dans une atmosphère aussi magique qu’inquiétante. Une échappée irréelle qui fleure bon l’enfance et la vie de château.

Attendre la réouverture des clubs avec Coperni

Des voitures garées en épi autour d’un podium, des paillettes, de la fausse fourrure et un soupçon de kitsch à la sauce 90’s… Chez Coperni, maison française créée par Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant, c’est en drive-in, format repopularisé par la pandémie, que l’on assiste au défilé du duo.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par coperni (@coperni)

Un concept inédit pour la Fashion Week où aucun défilé avec public n’est autorisé, commente Fashion United

« Le thème de cette collection, c’est la nuit qui nous manque depuis un an, la séduction, la fête, a déclaré Sébastien Meyer avant le défilé. (...) Cela fait un an qu’on vit dans des vêtements confortables, avec beaucoup de pyjamas, on se laisse un peu aller. On avait envie que ça brille, que ça donne du plaisir, de vendre un peu de rêve. »

Relativiser le confinement avec Marine Serre

Pour présenter sa collection, Marine Serre a choisi de filmer ses proches dans leur vie de tous les jours.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par MARINE SERRE - FUTUREWEAR (@marineserre_official)

Interactive, sa collection nous emmène tour à tour chez Kristina, Juliet, Kim et Tanguy, des gens « normaux » à la vie « normale » revêtant les vêtements et les petits croissants de lune de la créatrice, sa marque de fabrique. Une façon de mettre en avant ses méthodes de création et d’upcycling et d’incarner une mode responsable au quotidien.

Margaux Dussert - Le 9 mars 2021
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.