Jennifer Aniston avec son iPhonedans The Morning Show, série Apple TV

Sur Apple TV+, la marque à la pomme abuse du placement de produits

© Jennifer Aniston, son iPhone à l'oreille dans The Morning Show, série Apple TV

Un journaliste du Wall Street Journal a analysé les épisodes de trois séries populaires d’Apple TV+ et le verdict est sans appel : la marque à la pomme a la main (très) lourde sur le placement de produits. 

Plus de 700 images de produits Apple, parmi lesquels « 300 iPhone, 120 MacBook et 40 paires d’Airpod » . C’est la quantité de gadgets trouvés par le journaliste américain Kenny Wassus après qu’il ait analysé 74 épisodes des séries Ted Lasso, The Morning Show et Trying sur Apple TV+. 

Son reportage, publié sur The Wall Street Journal le 13 septembre, lève le voile sur les placements de produits toujours plus visibles et matraqués de la firme californienne, en particulier depuis qu’elle produit et diffuse des contenus sur son propre service de streaming.

À chaque fiction, son Apple Store 

À titre d’exemple, un épisode de 29 minutes de Ted Lasso, une série comique sur le monde du sport diffusée depuis 2020 sur la plateforme, contient près de 36 images de produits Apple. « C’est l’équivalent d’1,24 produit par minute » , commente Kenny Wassus. 

Surpris par la fréquence de ces placements et par la bonhommie des personnages qui consomment la marque, le journaliste est allé interroger une spécialiste du marketing, Cristel Russell. Pour elle c’est sûr, rien n’est laissé au hasard et tout est « stratégie » .

D’abord, les produits apparaissent le plus souvent au centre de l’écran, soit là où les spectateurs sont les plus susceptibles de regarder. Ensuite, chaque série bombarde le public de rappels sonores qui peuvent automatiquement être rattachés à l’univers de la marque. Dans le cas présent, on parle plutôt de bruits de notifications, de conversations en FaceTime ou de sonneries d’iPhone intempestives. 

Les gentils sont sur Mac, les méchants sur PC

Le dernier niveau de placement – peut-être le plus pernicieux – concerne la trame narrative des fictions. Parfois, des produits Apple vont jusqu’à jouer un rôle central dans la vie des protagonistes, qu’il s’agisse de gérer un divorce via iPhone (SMS, scans…) dans Ted Lasso ou de surveiller l’état de sa demande d’adoption sur un MacBook dans la série Trying.

Plus étonnant encore, les personnages qui consomment les produits de la marque sont toujours des « gentils » ou ne font, du moins, rien de moralement répréhensible. À l’inverse, on attribuera plutôt aux « méchants » des gadgets sans marque apparente. 

Rien de nouveau chez Apple, ou presque

Bien sûr, Apple n’a pas attendu de lancer sa plateforme de streaming pour exceller dans le placement de produits plus ou moins puritain. En 2002, le média Wired avait déjà remarqué sa surexposition dans la série 24 heures chrono. Alors que les « sauveurs » de ce thriller d’espionnage travaillent tous sur Macintosh, leurs adversaires – les méchants évidemment, utilisent des PC Windows.

En 2014, les produits de la marque apparaissent dans neuf des 35 meilleurs films du box-office américain. Un blockbuster en particulier, Captain America: The Winter Soldier, montre les héros Black Widow (Scarlett Johansson) et Captain America (Chris Evans) hacker un MacBook Pro dans l’enceinte même d’un Apple Store. 

Apple, fan de promos subliminales ? Rien de nouveau sous le soleil. Ce qui l’est en revanche, c’est que les placements de produits de la marque se font désormais « dans l’environnement Apple, et selon ses conditions » , conclut le journaliste. Et si l'on n'aime pas ça, on ira voir si l'herbe est plus verte chez Amazon Prime.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.