Sur Twitch, les streamers ukrainiens font de la résistance

Sur Twitch, les streamers ukrainiens font de la résistance

© capture d'écran, Lokoma sur Twitch

En Ukraine, les stars de Twitch diffusent leur version de la guerre auprès de leur public, majoritairement composé de jeunes russes. 

En Russie, Twitch est l’un des derniers survivants du grand verrouillage numérique opéré par le gouvernement. De nombreux streamers ukrainiens, très populaires en Russie, ont choisi de délaisser leurs consoles de jeux pour se lancer dans de grandes séances de live d’actualité. En s’appuyant sur des images et vidéos de leur quotidien en Ukraine, ces streamers espèrent contrer la version des faits des chaînes d’information gouvernementales de Moscou, et donner un aperçu réel de l’état des choses auprès de leur public russe. Décryptage.

Après Minecraft et GTA, Vlad Lomakin fait dans le reportage de guerre

Passionné par le gaming, Vlad Lomakin (aka Lomaka sur Twitch) n’avait pas prévu de changer de programme. Mais entre-temps, la guerre a éclaté, poussant le streamer ukrainien à partager son quotidien dans la ville de Kharkiv sous les bombes auprès de ses 93 000 abonnés, d'ailleurs majoritairement des jeunes russes. Soucieux d’éviter que son public soit influencé par les images partagées par les médias traditionnels, Lomakin a entamé de longues séances de live agrémentés de vidéos et d’images pour expliquer la situation sur place. Aux micros de Vice US, le streamer a expliqué sa démarche et les réactions émues que ses live ont suscitées : « Heureusement, mes followers comprennent tout ; ils voient clairement que c'est une guerre, des civils meurent, beaucoup sont forcés de quitter leurs maisons. Beaucoup de gens sont venus et se sont excusés dans le chat pour l'action de leur président, même s'ils ne l'ont pas choisi. »

Twitch : dernier rempart de l’info libre en Russie ?

Aujourd’hui, Kharkiv est ruinée par les bombes et Lomakin a dû quitter la ville. Mais d’autres streamers prennent le relais, conscients de l’importance de leur discours sur la plateforme. Car depuis le mois dernier, Moscou s’est évertuée à fermer les différents médias sociaux occidentaux, d'Instagram à Facebook en passant par YouTube (disponible, mais restreint). Actuellement, Twitch est l’une des dernières plateformes accessibles sans recourir à un VPN. La raison ? D’après Vice, le gouvernement ne s’est pas encore attardé sur le rôle de la plateforme auprès de la jeunesse russe. En ce sens, de nombreux streamers ont demandé à Twitch de ne pas se retirer de Russie pour continuer leur activité qui échappe au regard de Poutine, pour le moment.

Aujourd’hui, pour de nombreux streamers ukrainiens, leur relation avec leur public devient très particulière. Durant des années, ils ont acquis un public diversifié dans plusieurs pays de l’ex-URSS, la proximité langagière aidant. Mais la brutalité avec laquelle leur contenu a changé et s’est politisé vient chambouler beaucoup de choses. Interrogé par Vice, le streamer Ceh9 raconte qu’après 8 années d’existence sur la plateforme, il ne s’est jamais heurté à de tels problèmes de modération dans le chat de ses live. Il se heurte souvent à des commentaires pleins de déni, quant à la véracité des images de bombardements russes notamment. 

SOURCE : Vice

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.