premium2
Netflix ne fait plus rêver.

Comment Netflix est devenue le « Kleenex du streaming »

Le 8 juill. 2021

La plateforme vidéo est peut-être toujours première niveau audiences, mais niveau créativité, elle n’arrive plus vraiment à surprendre.

Il semble loin le temps où l’on s’animait à la machine à café sur les dernières séries de Netflix. Du polar social Mare of Easton qui passe sur HBO aux aventures de Loki sur Disney + en passant par la satire des superhéros avec The Boys sur Amazon, ce sont plutôt les plateformes concurrentes qui sont à l’honneur en ce moment. De son côté, le géant du streaming a vécu flop sur flop avec ses tentatives de vivre sur le succès des autres. Le dernier exemple est sans doute Jupiter’s Legacy, énième série de superhéros – calquée sur l'humour cynique de The Boys – dont la saison 2 a été annulée un mois après la diffusion de la première saison. Seules les séries Lupin et La Chronique des Bridgerton ont vraiment fait parler d'elles cette année, mais pas toujours en bien.

Des audiences toujours en forme, mais…

Si on regarde du côté des chiffres, les résultats sont pourtant encourageants. La série annonce régulièrement des audiences à faire pâlir d’envie n’importe quel network. Lupin aurait atteint les 70 millions de visionnages près d’un mois après sa sortie. Bridgerton s’en tirerait avec 82 millions de vues tandis que The Witcher, qui tente de s'inscrire dans le sillon de Game of Thrones cartonnerait avec 76 millions d'abonnés. L'emploi du conditionnel est de mise, tant la manière de chiffrer les audiences de Netflix est obscure.

La plateforme bouche-trou

Pour Kate Knibbs, journaliste à Wired, Netflix est devenue le « Kleenex du streaming ». Cette impression d’ennui qui se dégage de la plateforme s’explique par plusieurs facteurs. Le premier, c’est l’arrivée d’une véritable concurrence qualitative avec des catalogues de séries et de films alléchants chez HBO Max et Disney +. Ceux qui recherchent des contenus de niche – film d’horreur, animation japonaise... – peuvent aussi se rabattre sur des plateformes plus spécialisées comme Mubi, Shudder ou Crunshyroll aux États-Unis. Enfin, sa position de leader du marché avec 50% de part de marché du streaming pourrait expliquer le phénomène. À vouloir proposer du contenu à une audience toujours plus large et plaire au plus grand nombre, Netflix peut difficilement rivaliser avec des concurrents capables de réunir des fans en attente de contenus plus précis.

David-Julien Rahmil - Le 8 juill. 2021
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  • Merci pour cet article courageux car en effet sur internet, c'est très rare de lire un article critique de Netflix qui est pour ma part ni plus ni moins le Coca-Cola du streaming. Certes, je n'ai pas Netflix et je ne compte pas l'avoir. J'ai vu un épisode de The crown ça m'a suffit puis à la télévision j'ai vu même pas une minute Marseille, ça m'a suffit pour comprendre que c'était un navet. J'ai regardé entièrement le Bazar de la charité sur TF1 qui fut très moyen malgré le bon casting et l'histoire vers l'affaire Dreyfus. Paris police 1900 qui se situe à la même époque et qui est une série Canal me tente bien plus. Je suis plus tenté personnellement par les séries Canal comme Versailles, The young pope, Baron noir ou encore Engrenage (Ne cherchez pas sur une chaîne du service public, en matière de série policière, l'équivalent n'existe pas) où là il y a du savoir-faire car estampillé aussi création originale. Certes ces séries ont moins de succès que celles sur Netflix bien qu'elles passent aussi sur la chaîne cryptée, mais la qualité est là et ne s'adresse pas forcément aux addicts qui consomment des séries comme on mange des pizzas en même temps. Il y a le formatage Netflix et les algorithmes qui produit l'effet de masse. Et comme je ne me fond pas dans la masse, je préfère les séries Canal de très loin car ils savent faire entre le bio et le raisonné. L'audience est une vraie question mais chez Canal ce n'est pas l'objectif premier apparemment. Même si Netflix et Canal ont noué une alliance commerciale, ce n'est pas le cas s'agissant des contenus et tant mieux après tout Netflix va si bien avec TF1 qui se ressemble s'assemble. Le Bazar de la charité rappelle Le secret d'Elise dont c'est le même scénariste je crois. Si Netflix commence à perdre en audience sur certains contenus c'est plutôt une bonne nouvelle pour ses concurrents. Chez Canal, la subversion l'emporte souvent sur le formatage. Netflix c'est l'inverse et quand je vois comment est foutue la série Révolution ou des morts ressuscitent,. ça me donne même pas envie de regarder... Je ne pourrais pas critiquer Disney plus ou encore Amazon Prime je connais très peu mais ne pas pouvoir critiquer Netflix sous prétexte que c'est à la mode me paraissait insupportable jusqu'ici donc merci encore pour cet article.