Personnages Roblox

Que font nos gamins sur Roblox ? On vous raconte

© Roblox

Les métavers, ceux qui en parlent le mieux, c'est encore ceux qui vivent dedans. Bienvenue dans Roblox, le métavers où, après l'école, les juniors ont déjà construit leur vie en format avatar. Récit.

Si Yannick, Raphaël et Noa ont trouvé leur bonheur sur Roblox, c’est parce qu'ici chacun peut faire ce qu’il veut, comme il veut, quand il veut.

« Il y a tous les types de jeux, pour tous les goûts, mais toujours avec les mêmes graphismes simples un peu gamins », souligne Yannick*, frêle collégien belge aux cheveux en bataille et aux yeux nerveux. Depuis qu’il a découvert Roblox en 2015, Yannick y passe en moyenne vingt-six heures par semaine. En ce moment, penché sur le clavier de l’ordinateur de sa petite chambre, il est, selon son humeur, un policier ou un évadé de prison dans Jailbreak. Yannick aime aussi à naviguer entre les différents jeux les plus populaires. Dans Theme Park Tycoon 2, le jeune garçon construit méticuleusement son propre parc d’attractions ; dans Work at a Pizza Place, il est pizzaïolo et enfourne puis livre des pizzas à une cadence infernale ; dans Tower of Hell, il tente d’atteindre le plus vite possible le haut d’une tour, sautant de blocs bleus en escaliers roses, et dans Murder Mystery 2, il essaie d’échapper aux assauts d’un meurtrier vicieux…

Mais le jeu qui fait vraiment un carton, c’est Adopt Me, le jeu préféré de Tiago. Après avoir avalé son goûter et révisé les propriétés usuelles du triangle, Tiago, petit brun rigolard et élève appliqué de classe de CM2, s'immerge dans cet univers joyeux et pastel où chacun collectionne et revend des animaux très mignons.

Négocier, troquer, recommencer

« Mes préférés, ce sont les rides. Ces animaux sur le dos desquels on peut grimper. Ils ont beaucoup de valeur et on peut faire de meilleurs trades. En ce moment, j’en ai beaucoup dans mon inventaire », explique Tiago avec la satisfaction candide d’un petit chef d’entreprise. « Je vais pouvoir les échanger contre des animaux qui ont une grosse valeur ! »  

Ici, petits chats, licornes et griffons naissent dans des œufs à « La Nurserie ». Il s’agit d’en prendre grand soin (en leur donnant des douches ou en les promenant au camping par exemple) pour accroître leur valeur et les échanger. La plus grosse fierté de l’écolier, c’est son Frost Fury, un dragon blanc aux ailes teintées de bleu qu’on peut chevaucher pour parcourir la map par les airs. Pour l’obtenir, Tiago a cassé sa tirelire : « Je l’ai acheté avec l’argent que ma mère m’a donné pour ma dent », explique le petit garçon, qui veille jalousement sur son dragon. Le prix d’un Frost Fury sur le marché ? Compter 750 Robux, soit quelque 8,50 euros. Évidemment, la possession de cet animal légendaire attise les convoitises, et les spéculations vont bon train. « Beaucoup de gens veulent m’échanger mon dragon, mais je ne pense pas que cela vaille le coup de trader un Frost Fury contre un kangourou », souligne l’écolier, dubitatif même si les kangourous, nés des Aussie Eggs (des œufs disponibles en édition limitée) sont eux aussi devenus des denréees rares… Et Tiago n’est pas le seul à s’interroger sur la légitimité de cet échange. En réponse à la question, plus d’1 million de résultats sur Google et quelque 300 vidéos YouTube...

L'histoire de la plateforme remonte un peu, mais son potentiel n'a pas faibli !

Pour rafler des animaux précieux, on peut aussi assister à des évènements spéciaux. Lors du Adopt Me's Winter Holiday, Tiago a fabriqué des bonshommes de neige et virevolté sur une patinoire. « Cela m’a permis d’acquérir des pains d’épice et d’obtenir de nouveaux animaux », explique-t-il avec excitation. Mais adopter des animaux couleur or ou néon n’est pas la seule chose à faire sur Adopt Me. Avec son jumeau Raphaël et sa sœur Noa, 12 ans, Tiago se livre aussi à des parties de cache-cache sous la surveillance tranquille de leur mère institutrice : « Ma cachette préférée, c’est un château dans le ciel, presque inaccessible, que l’on atteint en volant sur un griffon », explique Raphaël, la mine réjouie. « Ils mettent parfois plus de trente minutes à me retrouver ! » Une fois Raphaël débusqué, Noa bichonne son avatar, ses animaux et sa maison, qu’elle a construite sur trois étages : « On peut la décorer avec des tapis et des lumières, installer des transats près de la piscine. J’aime aussi customiser mes animaux avec des nœuds et des petites chaussures, leur acheter des jouets et embellir leur chambre. » Une chambre située juste à côté de la sienne, au dernier étage de sa grande bâtisse, une proximité qui lui permet de vite rappliquer pour nourrir son animalerie de sandwichs ou de petits gâteaux. Une fois acquittée de cette tâche, Noa part en quête de quelqu’un avec qui échanger une potion pour suspendre la gravité…

Jumelle maléfique, princesse et Billie Eilish

Cette personne, ce sera peut-être Margot, qui arbore un look gothique depuis qu’elle est entrée en 6e avec un an d’avance et cumule les Pink Cats. Prix d’un Pink Cat sur le marché ? Cher : une licorne, deux potions qui font voler et un kitsune, sorte de petit renard inspiré du folklore japonais. Une fois l’accord scellé, Margot quitte le serveur. Direction Brookhaven RP, le jeu qui rassemble près de 500 000 joueurs actifs. « Ce que j’aime ici, c’est que je peux vivre la vie que je veux, quand je veux. Je peux habiter dans une maison incroyable, conduire des véhicules de fou, simplement me balader en ville ou me baigner dans ma piscine », raconte-t-elle d’une voix fluette. 

Sur Roblox, les enfants se prennent au jeu dans des open plays délirants et sans limite

Ce petit monde clos et propret a tout de la petite ville de banlieue américaine, joliment cossue avec ses centres commerciaux, ses glaciers, son pressing, son cimetière et son école. Sauf qu’ici les joueurs peuvent faire ce qu’ils veulent, façon Second Life pour enfants. Et s’essayer à la vie d’adulte citadin-consommateur, travailler pour aller faire du shopping, fanfaronner dans des vêtements flambant neufs, ou encore... braquer une banque. Pour jouer, Margot aime s’inspirer des scénarios proposés par la youtubeuse américaine Mackenzie Turner Roblox (plus d’1 million d’abonnés), qui partage ses aventures rocambolesques très scénarisées et imbibées de la culture pop du moment. On la découvrira en train de se faire adopter par la chanteuse Billie Eilish version Bad Guy, ou de reproduire des scènes cultes de Stranger Things, lors desquelles la youtubeuse retrouve les personnages de la série télé et leur donne la réplique – identique à la ligne près à la version originale…

Mais Margot aime aussi créer ses propres scénarios. Elle est cette écolière pauvre et délaissée qui apprend qu’elle est en fait une princesse héritière, et qui réalise qu’elle et sa sœur jumelle ont été séparées à la naissance. (Dans une autre version du jeu, la sœur jumelle est comme il se doit maléfique…) « C’est un peu comme quand je jouais aux Barbies, en fait », avoue la collégienne un peu gênée. « J’imagine des histoires, comme celles que je découvre dans des livres ou des films, et je les reproduis encore et encore. Et je change tout quand j’en ai marre ! »

A tout à l'heure de l'autre côté !

Luna*, 10 ans, petite brunette à l’accent chantant qui trébuche parfois sur les mots difficiles, joue tous les jours une heure (trois le week-end) sur Roblox. Mais pour elle, il s’agit surtout de garder le contact avec sa meilleure amie. « Comme on a quitté le Portugal pour Paris juste avant le Covid, je ne voyais plus grand monde depuis un an, et passer du temps sur Roblox me fait me sentir mieux. On parle de tout et de rien, elle me rapporte ce qui se passe dans mon ancienne classe. Je me sens moins seule. J’ai même rencontré une nouvelle amie en ligne, mais c’est une grande, elle est en 6e. » Avec son argent de poche, Luna s’est acheté 2 400 Robux. Sur Animal Simulator, où les joueurs collectionnent les animaux, l’écolière affiche des cheveux roses et des cornes de démon. Elle a aussi acheté la boule de feu pour attaquer ses ennemis, la Boombox pour diffuser de la musique, et le renard, un animal très rare. Dans Feather Family, où l’on joue le rôle d’un oiseau, Luna a acheté un Phoenix et un gamepass VIP (200 Robux) pour pimper son oiseau en le rendant néon. « Il est vraiment trop beau », s’extasie la petite fille. À Boston, Gina, 13 ans, hoodie gris et taches de rousseur, a dépensé 1 dollar dans un jeu de Battle Royale pour une coupe de cheveux assortie d’une casquette. La fan de foot voulait faire bien avec le nouveau jean de son avatar…

Pour être cool, on peut aussi « dater ». Se mettre en couple sur la plateforme est en théorie une pratique prohibée. Dans les faits, il en est tout autrement. Pour se reconnaître entre eux, les joueurs misent sur certains accessoires et silhouettes emblématiques, comme le Frost Guard General, la Holiday Crown, ou le Bear Face Mask, des pseudonymes comme « 24K », « ii », « xx/xX/Xx », et « 12x43 », ou des avatars particulièrement grands ou petits.  « Mais franchement je comprends pas le délire d’être en couple à 11 ans », assène Gina en rabattant la capuche de son pull. « Je trouve ça trop bizarre, c’est pour ça que, maintenant, je préfère Fortnite. »

*Le prénom a été modifié

Cet article est extrait de notre dossier consacré à Roblox dans la revue n°27 de L'ADN. Il est disponible ici !

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.