habillage
premium1
premium1
une image de Winnie l'ourson avec la phrase
© Its-Logic via Reddit

Sur TikTok, les utilisateurs testent les limites de la liberté d'expression

Le 28 nov. 2019

Plusieurs utilisateurs tentent régulièrement de provoquer les modérateurs de TikTok en mettant en avant des opinions politiques qui gênent le pouvoir chinois.

« Bonjour, aujourd'hui je vais vous apprendre comment avoir des cils super longs. La première chose que vous devez faire, c'est utiliser un recourbe-cils. Puis vous le posez, prenez votre téléphone et commencez à vous renseigner sur les camps de concentration en Chine et sur la façon dont ils enferment des musulmans, les kidnappent, les tuent et séparent les familles. »

Quand TikTok censure les messages politiques

Filmée par Feroza Aziz, une adolescente de 17 ans, cette vidéo politique cachée dans un tuto de maquillage a été postée sur TikTok le 24 novembre dernier. Après avoir été vue plus de 1,4 million de fois, la publication a été retirée par la modération de la plateforme qui est financée et développée par la firme chinoise ByteDance.

Interrogée par le magazine RollingStone, Feroza Aziz a confié que ce n'était pas la première fois qu'elle parlait de la persécution du peuple Ouïghour en Chine. Avant cette dernière vidéo, la plupart des gens qui la suivent ne regardaient pas ses messages politiques. Elle a donc eu l'idée de surfer sur les tendances beauté et maquillage, très populaires sur la plateforme, pour gagner en visibilité.

Tester la liberté d'expression

Elle n'est d'ailleurs pas la seule à tester les limites de la liberté d'expression de la plateforme. D'autres utilisateurs de TikTok postent régulièrement du contenu critique envers le pouvoir chinois. L'un des sujets les plus évoqués reste les manifestations de Hong Kong. On trouve en effet de nombreuses vidéos faisant état des affrontement avec des policiers ou des messages politiques avec le hashtag #HongKongProtest qui a été vu plus de 540 000 fois.

D'autres hashtags comme #WinieThePoo et #XiJinping sont aussi utilisés pour tourner en dérision le dirigeant chinois. En 2018, ce dernier aurait interdit les mèmes basés sur l'ourson jaune après que certains l'ont comparé à son physique. Ces derniers sont plus difficiles à trouver parmi les vidéos de cosplay ou de propagande, mais bien présents sur la plateforme.

Censure à géométrie variable

Si plusieurs médias font part de la censure qui sévit sur la plateforme depuis quelques mois, TikTok a assuré de son côté qu’elle entendait respecter les normes occidentales en matière de liberté d'expression. Les modérateurs seraient répartis par équipes géographiques et travailleraient avec « une vision nuancée du marché où elles se trouvent ».

Dans les faits, les posts politique font bien quelques milliers de vues, mais sont vite noyés dans la masse. Les messages les plus subversifs et les plus populaires comme les vidéos de Feroza Aziz sont en revanche, directement effacés. La rançon du succès, sans doute.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.