habillage
premium1
premium1
Extrait de la vidéo de Jing-Cai Liu
© Jing Cai-Liu

Manifestations à Hong Kong : un projet de masque virtuel refait surface

Le 7 oct. 2019

Suite à la loi anti-masque annoncée vendredi 4 octobre à Hong Kong, une vidéo d’un bandeau-projecteur permettant de camoufler son visage a été largement partagée sur les réseaux sociaux. Sauf que le dispositif, imaginé par une designer, n’a pas été utilisé par les manifestants.

Vendredi 4 octobre 2019, Carrie Lam, cheffe de l’exécutif chinois, a promulgué une loi d’urgence interdisant les manifestants hongkongais de porter un masque. Dans la foulée de cette annonce, une vidéo d’un étrange dispositif permettant de projeter un visage virtuel sur son propre visage a circulé sur les réseaux sociaux. Elle a été vue plus 1,6 million de fois via le seul post du twittos hongkongais Happy Day.

Lasers et carte interactive

Certains ont pensé à une nouvelle invention des manifestants pour contrer l’interdiction du gouvernement. Les Hongkongais ayant déjà fait preuve d’ingéniosité technique à de nombreuses reprises durant les événements qui opposent depuis juin 2019 les manifestants pro-démocratie aux forces de l’ordre. Certains utilisent des lasers pour brouiller les caméras des policiers, d’autres ont lancé une carte virtuelle et collaborative mise à jour en temps réel des lieux de ralliement…

Sauf que la vidéo du bandeau-projecteur n’a pas été filmée pendant les manifestations. Et qu’aucune preuve ne permet de dire si le dispositif a réellement été utilisé par les protestataires. Il s’agit d’une vidéo réalisée en 2017 par Jing-Cai Liu, étudiante en design aux Beaux-Arts d’Utrecht (Pays-Bas), comme l'a repéré le site The Daily Dot. Sur son site, l’artiste explique que cet objet a été imaginé comme un produit pour retrouver une forme d’anonymat et se « protéger des violations de la vie privée ». « Les caméras et banques de données collectent et stockent des centaines d'exabytes de data par an. Mais qui y a accès ? Il est possible qu’elles aient un usage commercial. (…) À l'avenir, un panneau publicitaire pourra vous appeler par votre nom (…). Les entreprises connaîtront vos intérêts personnels et pourront définir des stratégies de vente personnalisées. Cela pourrait être pratique pour les consommateurs, mais nos pensées et opinions doivent rester confidentielles », écrit-elle.

Le bandeau-projecteur de visage virtuel qu’elle a imaginé fait partie d’un projet baptisé « Anonymous » mené par 5 étudiants de l’école des Beaux-Arts d’Utrecht. Le but de ce projet qui regroupe d’autres prototypes d’objets est de se questionner sur l’éventualité d’un futur où la reconnaissance faciale sera omniprésente, notamment à des fins marketing. Il a été présenté lors de la semaine du design de Milan en 2017.

« Aucune intention politique »

Les étudiants ont récemment mis à jour la description de leur vidéo Youtube. Ils précisent que la vidéo a été partagée par certaines personnes dans le cadre des manifestations d’Hong Kong, mais affirment que leur projet n’a pas d’intention politique et demandent à ce qu’il ne soit pas utilisé dans ce contexte. Ils soulignent que la plupart de leurs dispositifs ne fonctionnent pas et n’ont pas vocation à être industrialisés.

Et même si ce dispositif était réellement utilisé durant les manifestations, il n’échapperait certainement pas à la loi promulguée par Carrie Lam. Celle-ci interdit les masques et tout autre moyen de se couvrir le visage. Des milliers de personnes ont déjà bravé cette interdiction en manifestant dimanche 6 octobre le visage masqué. De premiers jugements ont eu lieu au tribunal lundi 7 octobre.

EN SAVOIR PLUS

> Payer le métro avec son visage, ça sera bientôt possible en Chine

> Reconnaissance faciale : les IA ne comprennent rien à nos grimaces !

> San Francisco interdit l'usage de la reconnaissance faciale aux agences gouvernementales

> La tech se met au service des activistes

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.