habillage
le président trump dans un meeting
© Gage Skidmore via Flickr

Donald Trump va inonder YouTube de pub

Le 25 févr. 2020

Le président américain a réservé l’espace publicitaire principal de la plateforme contre plusieurs millions de dollars.

Après Facebook, Donald Trump compte-t-il sur YouTube pour assurer sa réélection ? C’est en tout cas la question que pose l’information publiée par Bloomberg selon laquelle le président américain aurait acheté l’intégralité de l’espace publicitaire « masthead » de la plateforme.

Un rouleau compresseur

Il s’agit de la bannière principale qui est affichée sur la home page, juste en dessous de la barre de navigation et qui s’affiche pendant 24 heures. Lorsque les utilisateurs cliquent dessus, la bannière s’étend pour dérouler une vidéo qui prend une large portion de l’écran d’accueil. Cet achat concerne surtout les quelques jours avant le 3 novembre 2020, date à laquelle se déroulera le scrutin.

Contrairement au reste de la publicité qui est généralement ciblée en fonction de la localisation des spectateurs, le masthead est visible par l’ensemble des internautes américains. Quand on sait que YouTube est regardé par 75% de la population, on se doute bien qu’il s’agit là d’une véritable opération-rouleau compresseur ; d’autant plus que les autres candidats ne peuvent plus acheter cet espace. 

Contrairement à Facebook, qui a décidé de ne pas vérifier la véracité des spots de campagne, YouTube et Google semblent vouloir scruter le contenu de ces vidéos. D’après Susan Wojcicki, CEO de la plateforme de vidéos, plusieurs centaines de publicités auraient été refusées, car elles violaient les conditions d’utilisation de l’entreprise.

Facebook reste le centre de l'échiquier

D’après Bloomberg (média appartenant à l’opposant du camp démocrate Michael Bloomberg), cet achat pourrait s'élever jusqu’à 1 million de dollars par jour. Et c’est une goutte d’eau en comparaison des sommes engagées dans cette campagne. D’après Brad Pascale, le responsable numérique de la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, les Républicains pourraient dépenser jusqu’à 500 millions de dollars.

Il n’est bien entendu pas le seul candidat à dépenser des millions dans des publicités politiques. Sur Google Ads, on apprenait que Michael Bloomberg était le premier annonceur de la plateforme avec près de 50 millions de dollars dépensés depuis le début de sa campagne. Le cabinet de recherche eMarketer estime à 1,3 milliard de dollars l’argent qui sera dépensé dans cette campagne, tous candidats confondus.

Il s’agit du double de la somme mise sur la table lors de la précédente élection. Seules 19% de cette somme iront au digital et même si YouTube représente une force de frappe conséquente, c'est bien Facebook et son manque de régulation qui va être encore une fois, la plateforme favorite des candidats.

David-Julien Rahmil - Le 25 févr. 2020
À lire aussi
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.