premium 1
premium 1
Une illustration de Mario Wagner

Des anciennes stars de Facebook et Google dénoncent les vices cachés des réseaux

Le 5 févr. 2018

C'est une troublante croisade menée par les anciens pionniers des GAFA, comme le créateur du célèbre bouton "like" de Facebook qui entend maintenant révéler "la vérité sur la tech".  Ces stars de la Silicon Valley ont monté un fonds pour intervenir dans les écoles et mettre en garde contre les dérives des réseaux sociaux et leurs effets graves, comme la dépression. Parents, éloignez vos enfants des écrans, car ils sont vraiment néfastes, assurent ces geeks. Et peut-être devrions-nous prêter attention à leurs dénonciations.

On ne compte plus les repentis dans la Silicon Valley. Ces anciens cadres de Google et Facebook multiplient les mises en garde et se sont maintenant regroupés pour lutter contre leurs créatures. « Les plus gros superordinateurs du monde sont détenus par deux entreprises - Google et Facebook - et où pointons-nous cette énergie ? (...) sur le cerveau des gens, des enfants. » Tristan Harris, ancien expert en éthique chez Google est en colère. Celui qui a aidé à bâtir la titanesque entreprise fondée en 1998 est aujourd'hui à la tête d'un mouvement qui veut combattre les dérives des nouvelles technologies. Aux côtés du créateur du bouton Like, Justin Rosenstein, une alliance sans précédent d'anciens employés de certaines des plus grandes entreprises technologiques du moment se sont lancés dans une croisade contre leurs anciens employeurs.

Interrogé par le New York Times, Justin Rosenstien explique avoir créé le Center for Human Technology pour « réaligner la technologie avec les intérêts de l'humanité ». Le problème, selon lui ? La course à la monétisation de l'attention érode les relations sociales et la santé mentale des citoyens. Alors, ceux qui jadis prônaient la démocratisation de l'éducation par les nouvelles technologies veulent aujourd'hui protéger les enfants des dérives liées à la sur exposition aux écrans et au flux d'informations incessant.

"The Truth About Tech"

Le groupe des anciens de la Silicon Valley veut lancer une campagne d'un peu plus de 45 millions d'euros dans 55 000 écoles publiques aux États-Unis, baptisée « The Truth about Tech ». L'opération sera financée par des partenaires médias, à but non lucratif ou non comme Comcast et Direct TV. Le lobby vise Snapchat qui « redéfinit les mesures de l'amitié chez les enfants », Instagram qui «glorifie l'image de la vie parfaite» ou encore Facebook et Google qui «fragmentent les communautés». Ces fonds seront utilisés pour éduquer les élèves, les parents et le corps enseignant sur les dangers liés à la technologie, comme la dépression, par exemple, qui peut arriver en cas d'usage massif des réseaux sociaux.

« Les dirigeants de la Silicon Valley ont pendant des années positionné leurs entreprises comme des familles soudées et se sont rarement exprimés publiquement. Cela a changé » écrit The New Tork Times. Ces derniers mois, les dénonciations émanant d'anciens cadres des GAFA se multiplient, comme si ces pionniers s'étaient sentis trompés par ce que sont devenus ces géants. Chamath Palihapitiya, un capital-risqueur qui a été un des premiers employés de Facebook, a accusé le réseau social  de « déchiqueter le tissus social du fonctionnement de la société ». Ces critiques répétées des anciens Insider a peut-être de quoi nous inquiéter.

© photo d'illustration : Mario Wagner

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.