premium
premium
un homme se tient devant un mur de brique avec sa carte bleu dans la main
© max-kegfire via getty image

Presse en ligne : les médias payants raflent la mise

Le 12 mars 2020

Entre 2018 et 2019, une vingtaine de médias ont vu passer le nombre de lecteurs payants grimper de 27,6 %. La preuve que les paywalls fonctionnent ?

La presse payante en ligne a le vent en poupe ! Entre 2018 et 2019, une vingtaine de médias ayant fait le pari de placer des paywalls à l’entrée de leur site ont vu leurs nombres d’abonnés passer de 850 000 à 1,084 million, soit une croissance de 27,6% d’après une enquête de Mind Media.

Parmi les grands gagnants de cette progression, on trouve l’Équipe et Le Monde qui affichent respectivement 258 816 et 226 000 abonnés payants soit une hausse de 32,4 % et 25,6 %. Juste en dessous, Mediapart et Le Figaro mettent en avant les chiffres de 169 829 et 150 000 abonnés soit une hausse de 42,9 % et 13 %. La plus forte hausse du classement revient à Libération qui est passé de 13 500 à 24 000 abonnés, soit une hausse de plus de 77 %

Les raisons du succès

Comment s’explique cette augmentation du nombre d’abonnés ? Les raisons sont aussi diverses que les stratégies des médias. Pour l’Équipe, environ 20% des articles en ligne sont payants tandis que les abonnés bénéficient d’évènements intéressants (tables rondes, rencontres avec des sportifs…). Du côté du Monde, la remise à plat de son site Web en 2018 et la nouvelle politique éditoriale, consistant à réduire la publication d’article de 14% semble porter ses fruits.

Le travail n’est cependant pas terminé. Le média s’est effectivement fixé pour objectif d’atteindre le million d’abonnés payant en 2025. Pour cela, il met particulièrement en avant les contenus réservés aux abonnés soit environ 44% des articles écrits par la rédaction. Enfin, les abonnés les plus anciens bénéficient d’avantages plus importants comme des avant-premières, des hors-séries ou des making of.

Stratégies gagnantes

L’article de Mind Media note que l’utilisation des paywalls freemium reste majoritaire pour plus de 65% des rédactions. Ce système permet notamment de proposer aux lecteurs des articles gratuits et d’autres payants de manière simple. Les rédactions de La Provence ou de Libération ont d’ailleurs basculé sur ce système après avoir testé le paywall aux compteurs, qui autorisait les lecteurs à consulter un nombre limité d’articles avant de passer à la caisse. Le Parisien et l’Express quant à eux privilégient une approche mixte entre freemium et paywall au compteur pour les articles gratuits qui passent tous en payant au bout d’un certain nombre.

Du côté des pure players comme Mediapart, Arrêt sur Images, Brief Me, Next INpact, Marsactu, Les Jours et Médiacités, on adopte la stratégie des paywalls « étanches ». C'est-à-dire que la grande majorité de leurs contenus sont payants : seuls quelques rares articles sont en accès libre. Mais en dehors de Mediapart et Arrêt sur Images, la plupart comptent moins de 10 000 abonnés payants. Des progrès restent donc à faire pour les acteurs indépendants.

David-Julien Rahmil - Le 12 mars 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.