Jawad, la star des réseaux

Jawad, le « logeur de Daesh », starifié sur les réseaux sociaux

© Jawad Bendaoud via TikTok

Depuis sa sortie de prison, Jawad Bendaoud apparaît régulièrement sur des vidéos et des lives pour raconter sa version de l’histoire ou faire rire une communauté qui l’adule de plus en plus.

Jawad dans des voitures de sport en train d’exploser les compteurs. Jawad dans une piscine en train de frapper une bouée licorne. Jawad en train de draguer des femmes en boîte de nuit. Jawad en train de plonger depuis l'avant d'un bateau dans une mer bleu turquoise... Sur TikTok, Jawad Bendaoud vend du rêve à ses 11 600 abonnés. Depuis sa sortie de prison en mai 2022, il est devenu une petite célébrité des réseaux. Présent sur Snapchat, TikTok et Instagram via le compte LaJawaderie93, celui qui avait hébergé, « sans le savoir », les deux derniers terroristes en fuite à l'origine des attentats du 13 novembre 2015, profite de sa notoriété pour accumuler des abonnés et réécrire son histoire.

« Ce soir, nous recevons Jawad »

Sur TikTok, Jawad ne fait pas que l’étalage de ses petites aventures. Depuis plusieurs mois, il participe à plusieurs sessions live surréalistes, organisées par plusieurs tiktokeurs qui l’invitent « par curiosité » ou pour lui poser des questions. Une manière pour eux de profiter de l’aura médiatique du personnage. Cette « tournée médiatique » a gagné de la visibilité le 11 janvier dernier après une conversation live menée par Balti.

Ce streameur est bien connu sur Twitch en raison de ses nombreux dérapages sexistes et de ses appels au harcèlement vis-à-vis d’autres streameuses. À mi-chemin entre franches rigolades et questions vérité, Balti a tenté d’interviewer un Jawad survolté baignant dans une lumière rouge. Le tout s’est terminé par un clash entre le streameur et le logeur pour finir par des messages indignés sur Twitter. Beaucoup estimaient que ces invitations à discuter en live avec une personnalité sulfureuse comme Jawad étaient une ligne à ne pas dépasser. D'autres trouvaient l'idée plutôt bonne.

Le bouc émissaire des attentats ?

Que ça soit sur Twitter ou sur TikTok, plusieurs internautes ont pris la défense de Jawad. Certains propagent l’idée selon laquelle le logeur de Daesh n’aurait jamais été condamné pour recel de terroristes. Cette information fausse repose sur le premier jugement de 2018 qui a effectivement mené à sa relaxe et omet sa condamnation en appel à 4 ans de prison ferme en 2019. De son côté Jawad met plutôt en avant sa version, à savoir qu’il aurait servi de bouc émissaire pour la justice française.

Répétée à longueur de live, cette petite ritournelle semble peu à peu s’imposer dans les esprits au point que plusieurs internautes prennent sa défense quand ce dernier est pris à partie dans la rue ou bien contrôlé par la police. À mi-chemin entre fascination malsaine et victimisation en toute mauvaise foi, TikTok a bien ce pouvoir de changer la perception des gens malgré les décisions de justice.

commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    oh non..... Vraiment obligé de participer à promouvoir ce vide sidérale et la bêtise humaine ? pourquoi participer à mettre dans la lumière ceux qui n'ont rien à dire ? Pire, ceux qui ont été condamnés pour des faits gravissimes ? Décidément que ce monde devient étrange....
    Si en plus, ceux (vous) qui ont toujours publiés des choses intéressantes s'y mettent... On va bientôt toucher le fond !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.