habillage
premium1
premium1
Hugo Décrypte et Cyrus North

On vous présente Craft, le média de décryptage pour millennials

Le 14 déc. 2018

Hugo Décrypte et Cyrus North ont lancé Craft, une nouvelle chaîne YouTube dédiée à la vulgarisation de sujets de société. Enfin une chaîne... Pas tout à fait. Craft se veut le média dédié à informer les millennials. 

Deux jours d'existence et déjà 15 000 abonnés. Pas mal pour une chaîne de vulgarisation née il y a 48h. Son nom ? Craft « parce qu'on est vraiment parti de zéro », explique l'un des co-créateurs, Cyrus North. Au programme de ce que les deux créateurs revendiquent comme un nouveau média, 8 vidéos « pour le moment », diffusées un mercredi sur deux. Mais pas que. Les créateurs comptent aussi sur Instagram, Facebook et Twitter pour des contenus complémentaires exclusifs. Le but ? Intéresser les jeunes aux sujets de société. 

Décryptage pour millennials

« On veut pouvoir aborder des sujets variés, mais actuels. Que ce soit de l'intelligence artificielle, comme avec notre première vidéo, ou des toilettes genrées », résume Hugo Décrypte. Du décryptage et de l'analyse donc, pendant quatre minutes. « Pour nous, c'est un format vraiment différent de ce que l'on fait sur nos chaînes. Par exemple, on ne nous voit pas du tout sur les vidéos. Ce n'est que de l'animation avec une voix off. » 

Avec la première vidéo, les deux vulgarisateurs se sont concentrés sur le machine learning. En partant d'un exemple ludique, celui de Tay, l'intelligence artificielle de Microsoft débranchée quelques heures à peine après son entrée sur Twitter parce qu'elle était devenue raciste, homophobe et misogyne.

C'est clair, concis et pas chiant. Mission accomplie. 

Quand les YouTubeurs se professionnalisent 

Les deux YouTubeurs n'en sont pas à leur coup d'essai. On connaît déjà Cyrus North pour ses « Coups de Phil' », ces vidéos dans lesquelles il vulgarise la philo. Profitez-en d'ailleurs pour réviser l'allégorie de la caverne de Platon. Le vidéaste s'est ensuite illustré avec « L'antisèche, la chaîne que t'auras ton brevet et ton bac avec » aux 300 000 abonnés. C'est moins que Norman, mais pas mal pour un site où l'on révise ses cours. Quant à Hugo, en plus de ses cours à Sciences Po, il décrypte l'actualité sur YouTube et Instagram. Ses 5 actus du jour lui valent d'ailleurs des taux d'engagement remarquables avec une moyenne de 4 000 likes par post pour 71 700 abonnés. En comparaison, le compte Le Monde, avec ses 581 000 abonnés, avoisine plutôt les 1 000 likes par publication. Nous avions rencontré celui qui est également chroniqueur sur LCI en septembre dernier.

Leur démarche pédagogique -  mais pas chiante - a tapé dans l'oeil du gouvernement il y a quelques mois. Des proches du ministre de l'Éducation nationale les ont approché, en vue de se rapprocher de la cible lycéenne. Et depuis un an, les deux amis se sont dits qu'ils voulaient aller plus loin et passer de leur chaîne YouTube à la création d'un média. « Même si je considère que ma chaîne est déjà un média en soi », explique Hugo. 

« Articulez les gars ! »

« J'avais une amie qui bossait sur le pôle digital de Coyote, la société de production de Christophe Dechavanne. Je lui ai parlé du projet, on l'a présenté et voilà ! La boîte de production nous a donné des moyens massifs pour produire 8 épisodes », explique Cyrus. Des propos que nuance Hugo. « Quand on dit massifs, c'est une équipe de cinq personnes. Pour nous, c'est beaucoup, parce qu'on a l'habitude d'être pratiquement seuls sur la prod' de nos vidéos », tempère le YouTubeur décrypteur. Cette première collaboration avec des pros de la télé a été l'occasion de progresser. « Parfois, avec les équipes, on se rendait compte qu'instinctivement, on faisait les choses de la même manière. Parfois, à l'inverse, on avait des méthodes opposées. Au cas par cas, on a adapté nos méthodes », synthétise Cyrus. « Ce qui est aussi perturbant pour des gens de la télé, c'est qu'en plateau, en début d'émission, tu introduis ton sujet. Alors que sur YouTube, le titre est très clair. Les internautes savent ce qu'ils vont regarder », explique Hugo.

« Un détail cependant. Christophe Dechavanne nous a quand même un peu vanné et nous a dit "articulez sur vos voix off les gars !" ».

Bon accueil 

Les commentaires qui accompagnent la première vidéo sont encourageants. Cependant, certains internautes s'interrogent :  « J’ai beaucoup aimé la vidéo ! Mais je me demandais : que voulez-vous dire par la création d’un nouveau média ? (...) Pour moi c’est une vidéo. » Et c'est vrai que, pour le moment, la différence est fine entre une chaîne YouTube classique et Craft. Et les deux YouTubeurs vont vite se heurter à plusieurs obstacles. La périodicité, pour commencer. Il va falloir plus qu'une vidéo tous les quinze jours pour fédérer une communauté active. Et, comme tous les médias, ou presque, Craft se pose la question du financement. Car le modèle financier du YouTubeur solo fonctionne... Mais la recette n'est plus viable dès qu'il faut financer une équipe de 5 personnes à plein temps. De quoi ajouter une corde à l'arc des youtubeurs-journalistes : l'entrepreneuriat.  

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.