Glacier

« Transformons ensemble le cinéma » : l'appel du Collectif 5%

© Oscar Chevillard

Du tournage aux salles obscures, la machine à rêves a une empreinte carbone de plusieurs millions de tonnes. Si la transformation de nos sociétés a besoin d'un "nouveau récit", celui-ci ne peut plus être fabriqué sans prendre en compte les limites planétaires. Le Collectif 5%, veut donc oeuvrer à la transition écologique du 7e art. Voici son appel.

Le Collectif 5% a vu le jour lors du Festival des Arcs 2022, à l’issue de l’atelier Refuge 2030. Cette nuit en refuge, imaginée par les Arcs Film Festival, a réuni activistes écologistes, spécialistes de la prospective et professionnels du cinéma, dans un temps long et suspendu, pour leur permettre de réfléchir ensemble à des idées d’actions en faveur d’un cinéma plus sobre et plus désirable.

Le collectif lance en exclusivité dans L’ADN son premier appel pour réunir toutes celles et ceux qui travaillent dans l’industrie cinématographique et souhaitent œuvrer à sa transformation. 

L'appel du Collectif 5%

Nous savons désormais : 

  • que l’ensemble de nos activités dépendent à plus de 80% d’énergies fossiles dont la raréfaction est annoncée et dont les effets sur le climat s’inscrivent dans le long terme.  
  • que la crise climatique et l’effondrement de la biodiversité sont en cours. 
  • que la science en attribue la responsabilité aux activités humaines. 
  • que le cinéma est une activité humaine qui doit, elle aussi, se transformer. 

Nous prenons acte de notre responsabilité : 

  • L’industrie cinématographique émet, rien qu’en France, plusieurs millions de tonnes équivalent CO2.
  • Le seul fonctionnement des salles de cinéma représente près d’un million de tonnes équivalent CO2. Ces émissions sont en quasi-totalité liées aux transports, notamment aux déplacements des spectateurs et spectatrices vers les salles, mais aussi à l’alimentation et aux consommations énergétiques de ces lieux.  
  • Lors d’un festival, il suffit que 3% des présents viennent en avion pour qu'ils soient responsables de près de la totalité des émissions liées aux transports de personnes pour l’évènement. 
  • Près d’un tiers des données consommées sur Internet est imputable à notre industrie, alors que le numérique représente à lui seul 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre*.

Nous souhaitons donc engager notre industrie dans le respect des accords de Paris et de la Stratégie nationale bas carbone, c’est-à-dire la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 5% par an et l’atteinte de la neutralité carbone en 2050. Il est temps que le cinéma, pour conserver sa faculté à réunir et faire rêver, divertir et faire réfléchir, engage une mutation profonde.

Nous pouvons emmener la société

Les œuvres, fictions ou documentaires, que nous portons collectivement façonnent les imaginaires, déterminent les aspirations et peuvent faire rêver d’un monde juste et soutenable. Ces récits ne peuvent être décorrélés de la façon dont ils sont produits et diffusés.

Nous vous appelons à nous rejoindre 

Nous souhaitons donc créer un collectif dédié à la prise en compte des enjeux écologiques dans le secteur cinématographique : le Collectif 5%. 

Son premier objectif est d’édicter une charte qui engage ses signataires. Ils et elles travailleront sur trois leviers qui détermineront à la fois notre capacité à transformer notre industrie autant que notre légitimité à prôner un nécessaire changement de nos imaginaires.

Ces trois leviers sont : 

  • la formation initiale et continue de l’ensemble des professionnels du secteur aux enjeux énergie, climat et biodiversité. La connaissance de l'impact de nos activités permettra à chacun d'agir en conscience ; 
  • un engagement à mesurer, suivre et rendre public ses impacts, en particulier son impact carbone, sur l’ensemble de la chaîne de valeurs (écriture, production et tournages, distribution, édition DVD et Blu-ray, exploitation, festivals, diffusion…) ; 
  • la valorisation des œuvres cinématographiques qui sauront aborder les enjeux de transition écologique tant par les récits qu’elles portent à l’écran que par leur capacité à réinventer leur mode de production, de distribution et de diffusion à l’aune des enjeux énergétiques et climatiques de notre temps. 

Bientôt, nous réunirons tous les signataires de cet appel. 

Nous souhaitons que le Collectif 5% soit le plus large et le plus représentatif de tous les métiers et de toutes les branches de l’industrie cinématographique. Si vous aussi, vous souhaitez agir en faveur d’un cinéma plus sobre, plus responsable et plus désirable, rejoignez-nous !

Pour participer au collectif, être informé.e de ses prochaines actions et étapes de travail, il vous suffit d’écrire à  : collectifcinqpourcent@proton.me

* L’ensemble des données citées ici sont issues du volet cinéma du rapport “Décarbonons la culture” produit par The Shift Project en novembre 2021

Signataires initiaux :

  • Carine Bedoya, productrice d’impact 
  • Sandrine Brauer, productrice
  • Guillaume Calop, délégué général des Arcs Film Festival
  • Jérémie Couston, journaliste
  • Adrien de Blanzy, président du groupe L'ADN
  • Camille Etienne, activiste pour le climat, autrice
  • Pierre Emmanuel Fleurantin, producteur et Directeur général des Arcs Film Festival
  • Alexandre Kouchner, journaliste 
  • Alix Ménard, responsable du développement (exploitation cinématographique)
  • Etienne Ollagnier, distributeur et vendeur international
  • Anne Pouliquen, responsable du Sommet des Arcs Film Festival
  • Mathieu Robinet, distributeur et producteur
  • Fabienne Silvestre, directrice du Lab Femmes de Cinéma
  • Leslie Vuchot, distribution événementielle
  • Samuel Valensi, auteur et metteur en scène
  • Jeremy Zelnik, producteur et Directeur des événements professionnels des Arcs Film Festival
commentaires

Participer à la conversation

  1. Élise Mignot dit :

    Je rejoins évidemment ! Merci 🙏

  2. Stahl dit :

    Merci pour l’initiative
    Merci de m’inscrire à votre News L

  3. Sophie dit :

    Cela existe déjà depuis des années et cela s'appelle Ecoprod... nous y sommes des centaines... l'écologie, c'est aussi de ne pas réinventer la poudre dans son coin pour se faire mousser mais plutôt de s'insérer dans des démarches collectives existantes.

  4. Valérie Legrain-Doussau dit :

    Je souhaite participer à la réflexion du collectif. Merci pour cette intiative

Laisser un commentaire