GIEC

Le rapport du GIEC prendra le métro pendant une semaine

© Collectif Pour un Réveil Ecologique

Le collectif d’étudiants et de jeunes diplômés « Pour un réveil écologique » lance une campagne d’affichage dans le métro ce lundi pour diffuser au grand public les conclusions du dernier rapport du GIEC.

Vous reprendrez bien un peu de rapport du GIEC ? Vous savez, ce fameux rapport en trois volets sorti cette année, dont vous connaissez l'existence mais que vous n’avez pas lu. Eh bien, c’est le moment. Deux semaines après le discours choc des étudiants d’AgroParisTech pour confronter leur école à l’urgence climatique, le collectif d’étudiants et de jeunes diplômés « Pour un réveil écologique » lance ce lundi une campagne d’affichage dans le métro. Sur chacune des affiches installées dans 108 stations de la capitale cette semaine, vous pourrez scanner un QR code pour télécharger une synthèse en dix points du dernier rapport du GIEC. De quoi être conscient des enjeux, sans avoir à prendre un mois de congés pour lire les 4 000 pages du rapport.

Cinq millions de lecteurs ?

Le sixième rapport du GIEC, dont le troisième et dernier volet a été publié début avril, est la synthèse la plus complète dont nous disposons à ce jour sur le dérèglement climatique. Le troisième volet est dédié à l’atténuation des effets du dérèglement climatique et aux solutions que nous devons mettre en œuvre : c’est une feuille de route à mettre entre toutes les mains.

Le problème, c’est qu’on en est loin, constate Théo Miloche, 25 ans, membre du collectif « Pour un réveil écologique ». Pour lui, c'est en partie à cause des « barrières à l’entrée » du rapport : langage technique, densité des informations, longueur du document, rédaction en anglais… Résultat : « Tout le monde ne se réveille pas le matin en se disant "Tiens, je vais lire le nouveau rapport du GIEC". » Pourtant, il faudrait, se désole Théo. Le collectif a donc rédigé une synthèse en dix points du rapport, accessible sur leur site.

Une fois rédigée la synthèse, il fallait trouver un moyen de la diffuser. Au lendemain de la parution du rapport, le collectif a posté sur LinkedIn un photomontage de leur synthèse affichée dans le métro, en interpellant la société Mediatransports qui gère l’affichage dans les transports franciliens. Le post a remporté un franc succès… et Mediatransports a accepté le partenariat. Un mois et quelques retouches plus tard, l’affiche est bel est bien là, à République, Convention ou Oberkampf. « Une belle histoire ! », s’exclame Théo. Et une jolie opportunité pour le collectif. Pour ce groupe de 33 000 étudiants et jeunes diplômés, qui s’est constitué en 2018 autour d’un Manifeste étudiant qui avait fait grand bruit, l'objectif a toujours été de sensibiliser le grand public aux enjeux environnementaux. Quoi de mieux pour cela que le métro parisien, emprunté chaque jour par cinq millions de personnes ?

« Aux médias : penchez-vous davantage sur cette question ! »

Derrière cette campagne, il y a aussi la volonté de montrer que certains n’en font pas assez. Si peu de citoyens se sont approprié le rapport du GIEC, ce n’est pas seulement à cause de la technicité du rapport mais aussi et surtout à cause du silence coupable des médias, affirme Théo Miloche. « Ce qui nous alerte, c’est que la couverture médiatique est insuffisante sur ces rapports-clés. Avec cette campagne, nous voulons interpeller les médias pour leur rappeler qu’ils ont une responsabilité dans la diffusion de ces contenus. Nous leur disons : "penchez-vous davantage sur cette question ! " ». Il y a un mois déjà, des membres du collectif s’étaient rendus devant les locaux de TF1 pour distribuer la synthèse et inciter les journalistes à s’emparer du sujet.

Théo Miloche espère voir grimper le nombre de téléchargements de la synthèse du rapport grâce à cette campagne. Il espère surtout voir évoluer la mentalité des grands médias. « Le scénario de rêve, ce serait que lorsqu'un rapport du GIEC sort, tous les médias aient une équipe dédiée, capable de se pencher dessus, d’en tirer les enseignements-clés et de les diffuser massivement. »

commentaires

Participer à la conversation

  1. Nadege Lefevre dit :

    Très bonne initiative, merci! Pensez-vous élargir cette campagne dans toute la France? Pensez vous qu'il soit possible d'avoir le support numérique pour l'imprimer et l'afficher dans sa classe par exemple, je suis enseignante 😉

  2. BORRAS dit :

    Si seulement les gens ordinaires, donc la majorité qui vit chichement cessait de suivre les modes qu’on leur vante à coup de pubs, ça allégerait la pollution du secteur textile et on aurait moins de cargos sur les mers qui carburent fort. Si en plus on poussait le bouchon jusqu’à mettre un écolo de gauche ou vice-versa un type de gauche écolo compatible à la tête de Matignon au 3ème tour on pourrait voir de quoi les gens sont capables pour une vraie décroissance à 30h/ semaine et des vrais boulots pas des livreurs de junk food.
    Sinon hé bien ils vont crever de pollution de pesticides et de manque de végétaux comme ils auront remis une couche de roundup qui fait crever les insectes.
    Ici à Nanterre les étourneaux, les moineaux et les autres bestioles ont quasiment disparu, les insectes aussi donc avec 30° à la mi mai c’est qui les prochains ? C’est qui ? Allô ? Y’a quelqu’un ? Tiens y’a plus personne …

  3. Lalanne Cathy dit :

    Les médias rechignent à laisser de la place au rapport du GIEC parce que toute la place est prise et payée par la pub qui vante des produits de m....et dont la consommation ou l'utilisation vont à l'encontre de ce qu'il FAUT faire pour atténuer l'impact du réchauffement climatique ! Des voyous qui n'ont que leurs intérêts immédiats en priorité ! Il y a si peu de contre-exemple !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.