habillage
premium1
premium1
Sacs jaunes pochettes motif éléphant crayons carnet de note
© originalrepack.com

Réemployer, réutiliser, recycler… comment arrêter de tout jeter ?

Le 21 nov. 2019

Alors que les Français sont de plus en plus nombreux à trier leurs déchets, d’autres actions se démocratisent pour améliorer la fin de vie des produits. Vrac, combat contre l’usure et réemploi… zoom sur ces solutions complémentaires qui veulent alléger nos poubelles.

Pas une semaine ne passe sans que les marques ne communiquent sur leurs efforts en matière d’écoresponsabilité. Le mois dernier, 70 marques de textiles et chaussures se sont associées dans le cadre d’une campagne nationale de sensibilisation, via les réseaux sociaux, à la deuxième vie des produits. Le nom de la campagne ? #RRR pour « Réparer, Réutiliser et Recycler ». Redoubler d’efforts pour développer le recyclage en misant notamment sur le tri, développer l’éco-conception des produits et se convertir aux nouveaux usages comme le vrac et le réemploi… c’est ainsi que nous réduirons considérablement l’impact environnemental des produits.

Innover pour réemployer

Pour réduire nos déchets, il nous faut donc aussi nous concentrer sur l’amélioration de la fin de vie de nos produits. Après l’indispensable geste de tri, qui est aujourd’hui adopté par 89% des Français (dont 51% de trieurs systématiques), et si on se mettait au réemploi ? Il permet une meilleure gestion des ressources en prolongeant la vie des produits. C’est la conviction et le modèle économique de Jean Bouteille ! L’entreprise associe vente en vrac de liquides (huiles, vinaigres, lessives…) et bouteilles réutilisables et consignées. Utiliser de nouveau votre pot de confiture acheté dans la grande distribution pour y déverser votre recette maison plutôt que d’en faire un déchet, c’est ça le réemploi selon l’Ademe. RePack y croit aussi et propose des sacs de transport réutilisables pour le e-commerce. Les sacs de cette société finlandaise sont conçus en polypropène (thermoplastique) recyclé et recyclable et sont réutilisables au moins 20 fois. Et il y a urgence à ce que l’industrie du e-commerce se mette à l’économie circulaire : selon l’Agence de Protection de l’Environnement les emballages des achats sur internet représenteraient 30% des déchets solides produits par les ménages aux États-Unis. Évidemment, l’Europe n’est pas en reste…

L’économie circulaire mise aussi sur le surcyclage

Clip It, vous connaissez ? Les deux cofondateurs ont remporté un concours européen sur le thème de la valorisation des déchets pour avoir transformé 8 000 bouchons plastiques en 8 millions de clips. L’idée ? Proposer des jeux d’assemblage fabriqués en France qui favorisent la créativité des enfants tout en les sensibilisant aux questions environnementales. Recycler par le « haut », une autre définition du surcyclage !

Et quand les déchets plastiques semblent impossibles à recycler, on mise sur l’innovation pour leur offrir un meilleur destin. C’est le pari de la startup américaine BioCellection qui transforme les déchets plastiques en ressources pour les industries chimiques et biologiques. La startup américaine a pu bénéficier d’un accompagnement du programme d’open-innovation Circular Challenge de Citeo, acteur majeur de l’économie circulaire, qui repère des solutions à fort potentiel du monde de l’innovation pour les accompagner dans l’expérimentation et le passage à l’échelle. « Orienté solutions concrètes, le programme d’innovation ouverte de Citeo est fondé sur la création de valeur et l’ambition de trouver des projets innovants pour réduire l’impact des emballages et améliorer la fin de vie des produits » explique Cécile Sémériva, Directrice Innovation de Citeo.

Le vrac pour en finir avec les déchets

Tandis que certains industriels travaillent la recyclabilité de leur emballage, à l’image de L’Oréal qui planche en ce moment sur des tubes à base de carton, des jeunes marques font des choix plus radicaux : Comme CoZie, une marque cosmétique biologique made in France qui vend ses produits dans des flacons en verre, pré-remplis ou en vrac, consignés et réutilisables à vie. La jeune entreprise se targue ainsi d’économiser 79% d’émissions CO2 par flacon réutilisé au lieu d’être jeté. L’enjeu pour la jeune griffe ? Ne pas s’associer aux 95 000 tonnes de déchets cosmétiques jetés par an en France. Et selon une récente étude de l'ObSoCo en partenariat avec Citeo, on observe un véritable décollage du « vrac », avec plus d’un français sur deux qui s’y est mis au cours des 12 derniers mois.

 En matière de déchets, la responsabilité est partagée. Designers, producteurs, distributeurs et consommateurs, chacun a un rôle à jouer pour limiter les impacts sur l’environnement, et ça commence maintenant.


Envie d’en savoir plus sur l’amélioration de la fin de vie des produits ? Dans le cadre de la 4ème édition du Circular Challenge – en partenariat avec L’ADN – Citeo réunira le 12 décembre 2019 les solutions les plus prometteuses en matière d’économie circulaire.

 Vous souhaitez en savoir plus et participer à la remise des prix ? Inscrivez-vous ici !


 POUR ALLER PLUS LOIN :

>>  Recyclage : pour que les entreprises agissent, il faut un « bâton financier »

>> Ces innovations qui veulent booster l’éco-conception

>> Zéro déchet : par où commencer ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.