habillage
premium1
premium1
Des capsules de café Nespresso colorées
© MassimilianoDoria via Getty Images

Nespresso investit plus d’un million de dollars dans… le recyclage

Le 19 nov. 2019

Ou quand les marques collaborent avec les pouvoirs publics pour réparer leurs dégâts.

Ce n’est plus un secret : les capsules de café en alu, c’est bien pratique, mais c’est aussi très problématique. Longtemps difficiles à recycler, elles ont transformé Nespresso en grand méchant. Pourtant, l’entreprise fait de nombreux efforts à ce sujet depuis des années. Dans plusieurs villes déjà, y compris à Paris, on peut en effet désormais recycler ses capsules.

Les entreprises au secours des services publics

À New York, Nespresso a injecté 1,2 million de dollars dans la filière recyclage, pour mieux trier et récupérer les capsules d’aluminium, rapporte Fast Company. En l’occurrence, cet investissement a permis à Sims Municipal Recycling (l’organisme qui s’occupe du recyclage dans la ville de New York, ndlr) d’installer de nouveaux équipements. Alors certes, quand on est à l’origine d’un problème, ça paraît normal d’essayer de trouver des solutions. Mais cela démontre aussi la façon dont les entreprises viennent au secours des pouvoirs publics. Pour Bridget Anderson, Commissaire adjointe dédiée aux sujets du recyclage et du développement durable au département d’assainissement de la ville, « c’est très excitant qu’une industrie privée investisse financièrement pour développer des infrastructures publiques (…). Évidemment, nous soutenons la démarche. (…) Cela prouve que l’entreprise considère réellement la fin de vie de ses produits. »

Une façon de s’approprier un marché

Tout ça c’est bien joli, mais pour Nespresso, c’est aussi un bon coup de com’. Fast Company évoque un e-mail dans lequel Guillaume Le Cunff, CEO de Nespresso aux États-Unis, explique que « New York City est l’un des plus grands marchés » de son entreprise. « Nous pouvons toucher un large groupe de consommateurs par cette action », concède-t-il. De son côté, Bridget Anderson estime que l’implication d’une grande marque comme Nespresso devrait permettre de sensibiliser plus de gens au recyclage.

Même si c’est de la com’, c’est quand même « for good »

Les nouvelles infrastructures bénéficieront à Nespresso, mais aussi à l’ensemble de la filière. Capsules de bouteilles, morceaux de canettes en métal, et même clés… toutes ces petites parties pourront être réutilisées pour fabriquer de nouveaux produits. Et c’est une bonne nouvelle, car Fast Company rappelle que jusqu’alors, il était très difficile pour les machines de trier ces composants légers.

Le mal était déjà là, Nespresso faisait un parfait coupable… à voir si l’empire du café encapsulé parvient à convaincre dans le rôle du héros !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.