Advertisement
premium2Advertisement
premium1
premium1
Un homme roux avec une chemise bleue en train de faire un geste d'excuses
© DjelicS via Getty Images

Étonnant : nous avons tendance à refuser un job si... l'entretien est trop facile

Le 9 mars 2020

Une étude Glassdoor révèle qu’une proposition d’emploi sur six est refusée par les candidats. Les causes sont multiples.

Les entretiens d’embauche, c’est toute une histoire. Certaines boîtes s’en sortent très bien et remportent les suffrages des candidats et candidates, d’autres posent des questions complètement WTF et un poil déstabilisantes… et il en existe qui, alors que tout semble rouler, n’arrivent pas à faire venir leurs recrues rêvées. Glassdoor, la plateforme de notation des entreprises et de recherche d’emploi, estime ainsi qu’une offre d’emploi sur six est déclinée.

Mais pourquoi ?

Des entretiens « trop faciles »

La première cause identifiée est assez surprenante : on aurait tendance à refuser une offre d’emploi si l’entretien est trop facile ! Le constat est surtout vrai chez les plus jeunes. En France, une augmentation de 10% de la difficulté des entretiens correspond à une augmentation de 2,6% de la satisfaction des travailleurs et travailleuses en France. C’est encore plus avéré dans certaines industries (technologie, finance, aérospatial, assurance, immobilier, droit…). Le taux de satisfaction s’élève alors à 3,9%.

L’une des explications avancées est qu’un entretien jugé « facile » peut suggérer un emploi facile également, sans challenge ou perspective de carrière et de développement.

Le junior est roi

Certains secteurs sont très demandeurs de profils « juniors ». Les offres d’emploi en marketing, informatique ou finance recrutent beaucoup à des postes en début de carrière. Ce type d’offres enregistre un taux de rejet plus important – qui s’élève à plus de 40% aux États-Unis dans le marketing, par exemple : plus les candidat.e.s ont de choix, plus ils.elles sont aptes à refuser une offre qui ne leur convient pas. C'est moins vrai pour les postes plus qualifiés ou dans des secteurs moins porteurs. Lorsque les offres sont rares, les individus auront plus tendance à les accepter même si elles leur conviennent moins.

Oubliez les tests de QI et de personnalité

On pourrait penser que ça donne un petit côté sympa… mais en fait non. Le verdict est tombé : les tests de personnalité ou de QI ont un impact négatif sur le taux d’acceptation. A contrario, les tests de compétences sont bien perçus et font augmenter le taux d’acceptation. Alors dans le doute, n'essayez pas de faire trop dans l'original...


Méthodologie

La note de difficulté d'entretien de Glassdoor est basée sur une échelle de 1 à 5. Sur la plateforme, les candidats donnent une note moyenne d'entretien de 2,6. Le questionnaire de Glassdoor sur l'évaluation des entretiens demande aux candidats d'évaluer la difficulté d'un entretien d'embauche récent sur une échelle de 1 à 5. Ils partagent des informations détaillées sur le poste, l'employeur et les types de questions posées lors de leur entretien.

À partir de l'ensemble de données uniques de Glassdoor, qui comprend des millions d'avis d'entretien, 5 680 entretiens menés entre janvier 2008 et novembre 2019 en France, filtrant les entretiens où le candidat déclare avoir reçu une proposition d’embauche, ont été extraits

Mélanie Roosen - Le 9 mars 2020
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.