habillage
premium1
premium1
Un masque Easybreath utilisé en réanimation
© AFP

Decathlon offre la totalité de ses stocks de masques Easybreath aux hôpitaux

Le 1 avr. 2020

L’enseigne retire ses masques de plongée de la vente pour mettre la totalité de ses stocks à la disposition des personnels soignants et de secours. L'appareil peut être adapté pour protéger les soignants ou branché à un respirateur.

Traiter en priorité les régions les plus touchées par l’épidémie

Lundi 30 mars 2020, Decathlon a stoppé la vente de son masque Easybreath, habituellement utilisé pour le snorkeling, pour faire don de ses 30 000 modèles restants aux personnels soignants. Ce masque facial étanche couvrant la totalité du visage, il peut être adapté dans la lutte contre le Covid-19. Il intéresse des hôpitaux, universités ou centres de recherche. L’idée est née en Italie, pays très endeuillé par la pandémie. Decathlon Italie a d’abord offert 500 masques qui ont ensuite été équipés d’une valve spécifique à la place du tuba, permettant de faire un lien avec un respirateur artificiel.

« Depuis quelques jours, nous avons été contactés par plusieurs dizaines d'hôpitaux et centres de recherche en Italie, en France, mais aussi en Belgique, en Allemagne, (...) qui veulent, eux aussi, récupérer des masques pour réaliser des tests », a expliqué à l'AFP, une porte-parole de la direction de Decathlon. Pour des questions de rapidité d'acheminement de ces dons, les équipes de Decathlon portent leurs efforts dans les régions actuellement les plus touchées par la pandémie : Île-de-France, Hauts-de-France, Grand Est et PACA.

Une protection pour les soignants

Le personnel hospitalier envisage de « l'adapter de deux manières : soit pour protéger le personnel soignant qui manque de masques médicaux, soit pour le modifier et le brancher à un respirateur », a poursuivi cette porte-parole.

Chaque masque peut-être porté pendant 12h par un soignant avant d’être désinfecté. Mais il ne peut être porté tel quel et nécessite un embout en plastique au sommet, pour faire office de filtre sanitaire indispensable. Ainsi, les imprimantes 3D de l’université de Technologie de Belfort Montbéliard tournent à plein régime depuis le 28 mars pour fabriquer la quantité nécessaire de cet embout en plastique.

Un matériel d’assistance respiratoire pour les patients en réanimation

En réanimation, le masque peut être adapté aux respirateurs artificiels en y ajoutant une pièce imprimée en 3D. En Italie, en Espagne ou en Belgique certains établissements en ont déjà recours. « Le Docteur Favero est venu nous proposer l'idée. Il avait entendu parler de notre entreprise par un confrère et d'une installation pour laquelle nous créons des valves d'urgence pour respirateurs avec une impression 3D. Nous avons analysé sa proposition et conclu que le masque de Decathlon Easybreath était celui qui correspondait le mieux à sa demande », explique l'entreprise Isinnova dans le Corriere della Sera.

Pour organiser au mieux la distribution, Decathlon invite tous les soignants qui le souhaitent à faire leurs demandes sur une adresse électronique créée pour l'occasion : easybreath-covid19@decathlon.com. Decathlon met également à disposition des hôpitaux et centres de recherche les plans techniques du masque.

Anaïs Farrugia - Le 1 avr. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Je vous propose 2 SuggestionS Vitales, Planétaires et Complémentaires Urgentes !!!

    Pourquoi ne pas inciter tous les consommateurs/clients Décathlon de la Planète infestée qui ont déjà ce masque, à les déposer rapidement dans les magasins Décathlon les + proches de chez eux, car ils en ont vendu des centaine de milliers depuis 10 ans environ dans le monde et ça multiplierait encore plus l'efficacité de cette initiative dont j'avais eu l'idée auparavant ?

    Je rajouterai également une autre idée géniale, à valider bien sûre avec Décathlon également et qui serait de proposer leurs bouteilles de plongée en parallèle, pour combler les manques de respirateurs mais je suis conscient qu'une étude de validation préalable sera obligatoire par leurs spécialistes et les autorités sanitaires !!!

    ...merci qui ?

    planeteabimee@gmail.com