forest green rovers

Forest Green Rovers : l’incroyable histoire du premier club de foot vegan d'Angleterre

C’est l’histoire d’un ancien hippie qui a décidé de fonder le premier club de foot vegan d’Angleterre. Et ça marche !

Lorsque l’on vous parle football et business, à quoi pensez-vous en premier ? Au salaire astronomique de Neymar ? Aux affaires de corruption de la FIFA ? Au système oligarchique des grands clubs détenus par des milliardaires mégalomaniaques ? Oubliez tout cela un moment, voulez-vous. À Nailsworth, petite ville anglaise de 5 000 habitants, le club de quatrième division des Forest Green Rovers aborde le football différemment. Depuis près de 10 ans, le club fonde son développement sur une grande « révolution verte », dans tous les domaines. Entre activisme écologique et foot à l’anglaise, voici la belle histoire d’un club que les Anglais commencent à peine à placer sur la carte.

Forest Green Rovers : le club de foot le plus green d'Angleterre (et du monde connu)

Le foot anglais est une institution dont il est assez difficile de faire bouger les lignes. Mais pour Dale Vince, propriétaire des Forest Green Rovers depuis dix ans, rien n’arrête le progrès. Cet ancien hippie, longtemps partisan des théories spirituelles du « New Age », a fait fortune dans l’énergie éolienne. En 2011, il décide d’acquérir un petit club de foot anglais habitué à faire l’ascenseur entre les divisions les plus basses du championnat anglais. Mais au-delà de satisfaire un kif personnel, Dale Vince a un vrai projet : fonder le premier club écologique du monde.

Pour cela, Dale Vince a pris des mesures à la fois symboliques et concrètes. En tant que vegan convaincu, le propriétaire a interdit la présence de viande ou de lait animal dans les buvettes du stade comme dans les menus des joueurs et du staff à la cantine du club et du centre d'entraînement. Au niveau des infrastructures, les pelouses sont traitées à l’aide d’engrais biologiques, près de 180 panneaux solaires alimentent le stade en électricité et un système de récupération des eaux de pluie a été mis en place. Quant aux maillots des joueurs, ils sont conçus en marc de café et textile de bambou. Des initiatives comme celles-ci, il y en a des dizaines. Selon Géo, le club s’est même vu décerner le titre de club le plus vert du monde d’après la FIFA, ainsi qu’un label de neutralité carbone de la part de l’ONU. Et la fête ne fait que commencer.

Chez Forest Green, la philosophie du club passe avant le business

Dans le football, les jeux d’argent et les opportunités business générées par les clubs peuvent souvent donner le vertige. Inutile de vous dire que de ce point de vue-là, Dale Vince garde les idées claires. En effet, si l’on s’attarde sur les différents organismes ou entreprises partenaires du club, on se rend compte de la cohérence des partenariats avec la philosophie écolo du club. Pêle-mêle, on retrouve plusieurs entreprises de nourriture vegan (Quorn, Oatly), une entreprise spécialisée dans l’aide au recyclage (Grundon), une autre dédiée aux batteries électriques (Fully Charged). Plus parlant encore, un partenariat d’image avec la Sea Shepherd Conservation Society, célèbre ONG vouée à la protection des écosystèmes marins. En bref, uniquement des accords avec des sociétés en phase avec les convictions écologiques du patron du club. Un parti pris audacieux qui semble porter ses fruits. 

En effet, depuis 2011, les dettes du club ont été épongées et ses valeurs attirent peu à peu les tabloïds britanniques et les organisations internationales. Sportivement parlant, les régimes vegan des joueurs n’ont pas l’air de réduire leurs performances. Le club est en passe de grimper en 3ème division anglaise dans les prochains jours. De quoi promettre au club un avenir tout à fait verdoyant.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.