premium2
Le renouveau du contenu audio
© Elice Moore via Unsplash

Quand l’audiovisuel fait dans le podcast, on écoute !

Le 6 juill. 2021

L’audio dévore le monde. En 2020, toutes les soixante secondes, deux nouveaux podcasts étaient créés. Ce format cartonne auprès d’un public très diversifié, mais côté diffusion il reste l’apanage des grands agrégateurs audio comme Apple Music ou encore Spotify.

Aujourd’hui, pure players et médias traditionnels redoublent d’inventivité pour développer une offre littéralement accessible à tous. Et c’est un acteur historique de la télévision, LCI, qui sort son épingle du jeu en s’associant avec la start-up Audiomeans. 

De l’importance de la voix et de l’audio

2020 a été sans aucun doute l’année de l’audio, notamment grâce à la consommation de podcasts. Selon une étude réalisée par Happydemics, lors du premier confinement, en mars 2020, 5,8 millions de Français écoutaient des podcasts chaque semaine, et 46% des Français écoutaient plus de contenus audio. La période explique l’usage, mais ce dernier semble s'être installé sur le long terme.

Et les agrégateurs en profitent. Avec 450 millions investis dans l’achat de start-up audio, un taux d’écoute en augmentation exponentielle (+ 200 % en 2020), et un répertoire de plus de 700 000 podcasts, la plateforme suédoise Spotify va bientôt caracoler en tête des audiences. Selon les projections d’eMarketer, Spotify dépassera Apple Music dès cette année (28,2 millions d’écoutes vs 28 millions). 

Les canaux audio se sont bel et bien ancrés dans le quotidien des Français. Mais qu’écoutent-ils donc au juste ?

Usage du podcast dans la consommation des contenus news

38 % des auditeurs (et 43 % des jeunes) français recherchent du divertissement, et ils sont 66 % à utiliser le podcast comme source d’information. D’ailleurs, selon une étude Harrismedia de juin 2021, 87 % des Français écoutent chaque jour de l’audio d’information. 

Toujours selon Happydemics, les podcasts d’information restent les plus écoutés (57%) avant la culture (43%) et les interviews (35%). 

Alors si l’écoute de contenus en audio digital est en nette augmentation, un constat demeure en termes d’usages : 70 % des Français n’utilisent pas encore d’application d’écoute de podcast. Un chiffre qui laisse à penser qu’il existe un marché pour d’autres solutions qui ne nécessitent pas de télécharger une application et de s’abonner. C’est le cas d’Audiomeans, une start-up française lancée en 2020, qui se positionne sur la création d’un hébergeur de podcasts simplifié. 

Audiomeans et LCI : l’« audio » visuel

Mise en place pour la première fois sur LCI, la solution d’Audiomeans est une web app d’écoute dédiée à un podcast ou un éditeur de plusieurs podcasts, et accessible depuis une simple URL. « Elle rassemble tous les avantages d’une application d’écoute, mais sans rien avoir à télécharger : installation d’une icône sur l’écran du téléphone, écoute en tâche de fond, reprise de lecture là où on s’était arrêté, notification en cas de nouveaux épisodes », indique Cyril Barthet, Chief Marketing Officer d’Audiomeans. 

La solution se concrétise sur LCI, grâce au groupe TF1 qui incube la start-up grâce à son MediaLabTF1 situé à Station F. Ici, la phase de développement s’effectue sur une chaîne du groupe pour la première fois dans le paysage audiovisuel. « En tant que média d’information audiovisuel, nous avons les compétences pour créer des programmes audio digitaux de grande qualité, en s’appuyant sur nos programmes d’Info ou en créant des contenus originaux et "natifs", reste à toucher le très grand public, encore peu habitué à ce format podcast, c’est un moyen pour nous de parler à une audience plus large » indique Julien Laurent, Chief digital officer pour l’Information du groupe TF1.

Le lancement de la « plateforme » est récent, mais de nombreux podcasts sont déjà en écoute. Une question se pose toutefois : ce nouvel usage au sein des groupes audiovisuels est-il amené à se pérenniser ? Et comment ?

Usage sur le long terme et monétisation

Lorsque l’on demande aux deux responsables marketing si l’audio dans le secteur audiovisuel va durer, c’est un « Oui ! » de concert qui résonne. « L’outil que l’on utilise est un moyen de parler à tous les internautes et cela intéresse les éditeurs ET les marques », s’exclame Cyril Barthet. Et d’ajouter : « l’application est ultra-personnalisable, il sera d’ailleurs possible de créer des offres exclusives derrière un paywall ou un membership ou insérer les spots pub des partenaires annonceurs ». Un usage que l’on projette également chez LCI indique Julien Laurent, « mais pas tout de suite ! L’essentiel est de se donner les moyens de construire une relation fidèle avec les auditeurs, sans passer systématiquement par des applications et des plateformes d’écoutes que nous ne maîtrisons pas », sourit-il. 

En 2020, 160 nouveaux annonceurs par semaine se saisissaient du podcast comme vecteur publicitaire. Toujours selon l’étude Sortlist, 49 % des CEO et managers peuvent s’imaginer faire de la publicité sur un podcast, quand on sait que 40 % des Français déclarent avoir procédé à un achat suite à leur exposition à une publicité diffusée dans un podcast. C’est le pays en Europe où ce chiffre est le plus élevé. De quoi assurer la pérennité du format.

Vincent Thobel - Le 6 juill. 2021
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.