habillage
premium1
premium1
ourson abandonné

Les écrans, nuisibles au développement des enfants ? Une étude scientifique confirme

Le 28 sept. 2018

Le constat est clair : "Les résultats soulignent l'importance de limiter le temps passé devant les écrans et d'encourager un sommeil sain pour améliorer le développement cognitif des enfants" écrivent les auteurs. Cependant, le sujet mérite d’être fouillé…

Et il le sera. Cette étude n’est en effet que le premier volet d'une évaluation au long cours qui durera 10 ans. Parue le 26 septembre dernier dans la section Child & Adolescent Health de la revue scientifique The Lancet, elle a pour but d’évaluer la pertinence des directives formulées aux États-Unis. Celles-ci recommandent aux parents d'enfants de 8 à 11 ans de veiller à ce qu'ils aient au moins une heure d’activité physique par jour, entre 9 et 11 heures de sommeil, et pas plus de deux heures d’écrans. Vaste programme ! Je laisse à chacun le soin de faire son petit calcul...

En ce qui concerne les 4 524 enfants américains évalués par les chercheurs, eux le seront jusqu’à leur sortie de l’adolescence. Objectif ? Répondre à au moins deux questions : le planning de ces gamins correspond-t-il aux recommandations ? Est-ce que ceux qui les respectent bénéficient d’un meilleur développement cognitif ? En test : leur maîtrise du langage, leur mémoire, leur capacité de concentration.

Première conclusion. Les recommandations sont suivies mais… chacun fait sa petite cuisine.

71% des juniors suivent au moins une recommandation, mais seulement 5% répondent aux trois.

Question sommeil, ils sont une moitié (51%) à dormir correctement entre 9 et 11 heures. Le grand perdant reste l’activité physique. Seulement 18% remuent leur body une heure par jour. C’est peu. Et les grands gagnants sont, sans grande surprise, les écrans : 63 % des 8 11 ans déclarent passer plus de deux heures dessus.

Bref. Nos petits ressemblent à leurs parents : ils sont furieusement sédentaires et screenophages.

Aux États-Unis, désormais, le sujet mobilise. Les géants de la tech eux-mêmes proposent désormais des solutions (plus ou moins efficaces) pour encadrer l’accès de leurs interfaces aux juniors. En France, par contre, on se hâte avec lenteur, on se perd en polémiques. Pourtant les alertes des praticiens se multiplient - confère l’ouvrage de Sabine Duflot paru il y a quelques jours - les profs et instituteurs se mobilisent... mais leurs initiatives suscitent la condescendance des experts. Seuls quelques-uns s'emparent du sujet.

Résultat : on attend encore une étude scientifique de grande ampleur.

Et on le regrette !

Parce que si nous regardions en face, sans drama inutile, les conséquences néfastes des nouvelles technologies, il est plus que probable que nous trouverions des solutions réjouissantes pour les contrer. On pourrait même les appeler des "innovations" pour faire plus chic. Et ce serait tellement - mais tellement - plus exaltant comme perspective !

A lire : Sabine Duflot, Quand les écrans deviennent neurotoxiques, Marabout, septembre 2018.

Crédit photo : Getty Images

Béatrice Sutter - Le 28 sept. 2018
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.