Capture du jeux Axie Infinity

L’utilisation de jeux « play-to-earn » pourrait doubler en France

© crédit Axie Infinity

Selon la dernière étude menée par la plateforme de fintech Finder.com, 6 % des internautes français ont déjà essayé un jeu de type « play-to-earn » (P2E). L'adoption de ce type de jeux pourrait doubler dans les mois à venir.

Le play-to-earn révolutionne le monde du jeu vidéo. Basés sur la technologie blockchain, les NFT et les cryptomonnaies, ces jeux proposent à leurs utilisateurs de les rémunérer pour leur activité au sein du jeu. Au-delà du simple divertissement, ils sont à l'origine d'une nouvelle forme d'économie sauce Web3, la GameFi (combinaison de « Game » et « Finance » ).

Le play-to-earn, une tendance nouvelle en France

Pour le moment, l'adoption des jeux P2E en France est bien inférieure à la moyenne mondiale de 14 %. En effet, l’Hexagone se classe avant-dernier, devant la Suède (4 %) et derrière des pays comme l'Irlande (11 %), les États-Unis (9 %) et le Canada (8 %).

Mais c'est donc en France que les perspectives de croissance sont les plus fortes. L’utilisation de jeux P2E pourrait être multipliée par 2,6 selon l'étude. « L'adoption va probablement croître en France à mesure que davantage de développeurs intègrent des mécanismes propres aux cryptomonnaies dans leurs écosystèmes » , indique Keegan Francis, rédacteur dans le domaine des cryptomonnaies chez Finder.com. Les autres grands gagnants sont le Pérou (qui passe de 13 à 29 %) et l’Espagne (de 8 à 17 %).

Le pays qui comporte le plus de joueurs de jeux P2E n’est autre que l’Inde, où 34 % des personnes interrogées déclarent avoir joué à un jeu P2E. En Inde ou aux Philippines, ces jeux ont décollé au point qu'une partie de la population préfère quitter son emploi pour tenter de gagner sa vie en jouant. Keegan Francis indique que l'adoption de ce type de jeux a tendance à être plus élevée dans les pays où le coût de la vie est plus faible. Sans surprise, en matière d'usages et d'adoption, ce sont les moins de 35 ans qui mènent la danse.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.