Logo LinKedin

LinkedIn versera 1,8 million de dollars à 686 femmes pour discrimination

© Greg Bulla - Unsplash

LinkedIn est parvenu à un accord avec le Département américain du Travail concernant des allégations selon lesquelles elle aurait sous-payé 686 employées en Californie de 2015 à 2017.

Lors d'une évaluation de routine, l'agence du Département américain du Travail a constaté que 686 femmes avaient été payées « à un taux inférieur statistiquement significatif » à leurs homologues masculins. Ces discriminations avaient été constatées dans les bureaux de San Francisco et au siège social de Sunnyvale, en Californie.

L'accord de conciliation entre LinkedIn et le Département du Travail comprend le règlement d'environ 1,75 million de dollars d'arriérés de salaires et plus de 50 000 dollars d'intérêts à payer aux femmes.

« Notre accord garantira que LinkedIn comprend mieux ses obligations en tant que contractant fédéral », a déclaré Jane Suhr, directrice régionale du Bureau des programmes de conformité des contrats fédéraux du Département du Travail, dans le communiqué de l'agence.

Dans un communiqué publié mardi, LinkedIn, qui appartient à Microsoft, a nié avoir discriminé certains employés. « Bien que nous ayons convenu de régler cette affaire, nous ne sommes pas d'accord avec l'affirmation du gouvernement. [...] LinkedIn paie et a payé ses employés de manière juste et équitable à travail similaire », indique le communiqué de l'entreprise.

Dans le cadre de ce même accord de conciliation, alors qu'elle évalue ses politiques de rémunération et procède à des ajustements salariaux, LinkedIn a accepté d'envoyer des rapports à l'agence au cours des trois prochaines années. L'entreprise a également accepté de mettre en place un programme de formation des employés sur les « obligations de non-discrimination », a déclaré le Département du Travail.

Les entreprises technologiques accusées de discrimination envers les femmes et les personnes de couleur

Selon le décret exécutif de 1965, les entrepreneurs fédéraux, y compris LinkedIn, doivent offrir « l'égalité des chances » à leurs employé·e·s et ne peuvent pas faire de discrimination fondée sur le sexe, l'identité de genre ou d'autres facteurs. Pourtant selon un rapport du Bureau of Labor Statistics des États paru en janvier en 2021, « les femmes travaillant à temps plein gagnent environ 83 % de ce que gagnent leurs homologues masculins. »

Ainsi, en février 2021, Google a conclu un accord de 3,8 millions de dollars avec le ministère du Travail suite à des accusations de discriminations à l'embauche et de rémunération à l'égard des employées et des candidates féminines et des personnes d'origine asiatique.

En novembre 2021, c'est Pinterest qui dans le cadre d'un accord avec les autorités de l'État du Rhode Island, s'est engagé à investir 50 millions de dollars pour « apporter des réformes afin de résoudre les allégations de discrimination à l'égard des femmes et des personnes de couleur. »

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.