habillage
premium1
premium1
femme devant un mur avec des tags
© Getty Images

Tech : 4 femmes inspirantes qui comptent dans l'intelligence artificielle

Le 29 janv. 2019

Elles sont minoritaires et souvent invisibles. Pourtant, elles sont des figures incontournables de l'intelligence artificielle. Coup de projecteur sur quatre femmes qui changent la donne.

Nozha Boujemaa

Nozha Boujemaa

Tous les chemins - ou presque - mènent à l'IA. Pour Nozha Boujemaa, c'est l'imagerie médicale qui l'a menée à l'intelligence artificielle. Depuis, cette directrice de recherche dirige DataIA (Science des données, intelligence et société), qui regroupe les grands acteurs du domaine et répond aux enjeux majeurs des sciences de la donnée.  

Nozha Boujema a aussi été nommée en juin 2018 par la Commission européenne parmi 52 experts au sein du groupe baptisé « High Level Expert Group on Artificial Intelligence ». Le but ? Proposer les grandes lignes de l'utilisation étique de l'IA en Europe. 

>> Son compte Twitter 

Aurélie Jean 

À 34 ans, Aurélie Jean a déjà connu plusieurs vies. Côté diplômes, elle est passée par l'Université Pierre et Marie Curie, l'ENS Cachan, l'École des Mines Paris Tech. Pour le code, c'est à l’Université d’État de Pennsylvanie et le MIT à Boston (rien que ça) qu'elle a tout appris. 

Après des passages dans l'ingénierie, le journalisme et la finance, elle est perplexe. C'est en tant qu'entrepreneuse et développeuse que la jeune femme a marqué les esprits. Fondatrice et CEO d'In Silico Veritas, qui a pour vocation d'apprendre le code à votre boss, Microsoft en a fait la marraine de la promo de son école d'intelligence artificielle, inaugurée le 6 mars 2018 à Issy-les-Moulineaux.

Consciente du problème de parité dans le milieu de la tech en général, mais plus particulièrement chez les développeurs, Aurélie Jean milite pour plus d'égalité. 

>> Son Twitter 

Joëlle Pineau 

Comme le rappelle 20minutes, « les chances de rencontrer une femme dans le monde de la tech sont aussi minces que de trouver une perle dans une enceinte connectée ». Pourtant, s'il est une perle rare, c'est bien elle. 

Bien plus discrète que son big boss Mark Zuckerberg, Joëlle Pineau est la madame intelligence artificielle de Facebook au Québec (FAIR Montréal). La spécialité de cette docteure ? « L'apprentissage par renforcement, une famille de modèles d’algorithmes qui permettent aux machines d’apprendre à prendre des décisions », explique-t-elle. 

En plus de son job chez Facebook, Joëlle est aussi professeure à l'université McGill

>> Sa page perso

Moojan Asghari

Cette entrepreneuse qui se qualifie de « multi-potentielle » est « passionnée par l'impact de l'IA dans nos vies ». Aux côtés d'autres femmes passionnées de tech, elle a co-fondé Women in AI (Femmes dans l'IA). Elle est également fondatrice de Startup Sesame, le plus grand rassemblement d'événements autour de la tech en Europe. 

Ses origines l'ont amenée à se questionner sur les raisons qui poussent les femmes à tenter une carrière dans la tech ou pas. Car 70% des ingénieurs sont des femmes... en Iran. Interrogée par les sommets du digital, Moojan Asghari répond que la raison de cette différence avec la France, où les femmes ne représentent que 30% de la profession, est l'éducation. Les filles étant séparées des garçons pendant leurs études, elles ne se comparent pas à eux, et n'ont pas de « complexe d'infériorité » vis-à-vis du sexe opposé.  

> Son profil Linkedin et son compte Twitter

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.