premium 1
premium1
un homme dans un couloir lumineux
© Dylan Johnson SXSW

Le SXSW d'Austin fait-il du surplace ?

Guillaume Cartigny
Le 3 avr. 2019

Comme chaque année le festival de musique, de film et de technologies South By South West a apporté son petit lot de surprises. Cependant, l’évènement a donné l’impression de tourner un peu en rond.

Du 9 au 13 mars 2019, le South By South West a rassemblé les amateurs de tech de musique et de film à Austin, Texas. Si le festival est réputé pour penser et anticiper le futur, il n’a pas échappé à une certaine routine dans les discours depuis 4 ans. On retrouve les même conférences sur le business du cannabis ou les sushis imprimés en fonction de son ADN. Bien que le festival a permis de rendre populaire plusieurs grands services numériques comme Twitter, Foursquare ou  Meerkat, il faut bien reconnaître que cette tendance ne se vérifie plus depuis quelques années. L'évènement se positionne bien sur certains sujets comme l'exclusivité ou le changement individuel, mais semble oublier d’autres problématiques comme l’écologie par exemple.

Uber partout, même dans les trottinettes

Il y a deux ans, Uber avait dû quitter Austin, refusant de se plier à l’injonction de la mairie de mettre en place l’identification par empreinte digitale. Cette année l’entreprise a décidé de se rendre omniprésente dans l’expérience des festivaliers. Si la ville n’a pas résisté à l’émergence globale des trottinettes électriques, qui occupaient massivement les trottoirs et les rues, c’est bien Uber qui a su tirer son épingle du jeu. Depuis l’application il était possible à la fois de réserver son chauffeur pour aller de son logement en banlieue au centre d’Austin, mais aussi de localiser et prendre possession à tout moment d’une trottinette ou d’un vélo électrique. Le tout à l’aide d’un simple bouton sur l’écran principal de l’application permettant de passer du mode voiture au mode micromobilité.

The Good Omens, la série au marketing omniprésent

Côté pop culture, Amazon a décidé de marquer les esprits avec la promo de sa série Good Omens, adapté du roman de Neil Gaiman et Terry Pratchett. Partout dans la ville, des anges, des démons et des nonnes vous souhaitaient « Happy Apocalypse ». Cet exercice est un classique du SXSW. En 2018, c’était Westworld qui avait été au centre des attentions avec une reconstitution du cadre de la série et une expérience théâtrale.

Bose AR, la réalité augmentée par le son

L’année dernière, Bose avait profité de SXSW pour annoncer la sortie prochaine de sa technologie de réalité augmentée audio Bose AR en présentant quelques prototypes. Cette année, la firme était de retour pour présenter les Bose Frames. Il s’agit d’une paire de lunettes dont les branches sont équipées de haut-parleurs directionnels, de micros et de capteurs. Si cela peut paraître gadget de prime abord, l’expérience proposée par ces lunettes est bluffante. On assiste à la naissance de la réalité sonore augmentée. Les Frames ne cherchent pas à occulter la réalité mais à y superposer une couche audio.

Au-delà des Frames, Bose a profité de SXSW pour lancer une plateforme de publication de contenus audio géolocalisées et spacialisés. Les différents capteurs des lunettes permettant de faire évoluer les sons en fonction de l’inclinaison de la tête, d’où la personne se trouve et de la direction dans laquelle elle regarde.

Une IA vérificatrice de bullshit

Le SXSW fut aussi l’occasion d’assister à une conférence modérée par une intelligence artificielle. Cette dernière identifiait et soulignait en temps réel les imprécisions et les mauvaises informations données par les speakers et pouvait les interrompre pour les corriger. D’autres analysent la façon dont l’usage de certains mots ou la posture entrent aussi en ligne de compte, comme une sorte de détecteur de mensonge live.

On imagine facilement une telle application pouvant vérifier l’information en temps réel pendant les débats politiques. La technologie pose cependant de nombreuses questions. L’analyse émotionnelle des speakers est-elle vraiment fiable ? Est-ce une fumisterie qui pourrait s’avérer dangereuse pour les débats démocratiques ? Et qu’en est-il des bases de données qu’utilisent les intelligences artificielles pour vérifier les faits ? S’il s’agit de Wikipédia par exemple, l’encyclopédie en ligne peut être attaquée par une opération de bombing (opération qui consiste à modifier rapidement des faits sur une page précise) au moment du débat afin de fausser le fact checking. Quoi qu’il en soit, ce type de technologie devrait apporter une couche d’information supplémentaire aux joutes politiques, et forcer peut-être les intervenants à mettre la pédale douce sur le bullshit…

Civic Tech et Civil Tech

L’édition de 2018 avait laissé comme un arrière-goût de « purpose washing ». Le curseur était clairement mis sur les marques qui ne pouvaient plus exister sans avoir un combat faisant d’eux des nouveaux « world changers ».

Cette année, le La a été donné par la conférence d’ouverture de Brené Brown, chercheuse à l’université de Houston qui a centré le sujet du combat à un niveau plus individuel. L’idée générale était de prendre du recul sur soi-même afin d’établir des relations plus saines, plus équilibrées et moins passionnées, permettant de ne pas se laisser à la haine, au bullshit.

 

Cette tendance à la prise en compte de sa personne et de l’expression personnelle se retrouve à plusieurs niveaux à SXSW. Dans des conférences ou le « self » revient régulièrement, en particulier au niveau de la santé, de la beauté ou des start-ups qui proposent pléthores de solutions de self empowerment que ce soit au niveau de la santé ou de l’intelligence artificielle.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Bien d'accord avec Amanda. Tout est partiel et partial dans cet article, du titre à la conclusion (sic). L'auteur n'a manifestement pas eu le temps de bien travailler. Et c'est bien dommage, car plutôt que de tirer des constats anecdotiques sur SXSW, essayons de mieux comprendre ce qui s'y joue au delà des effets de manche d'Amazon ou de Bose. En l'occurrence un bouillonnement d'idées (parfois farfelues certes), et une lutte d'influence sur le futur de la numérisation de nos vies. Rien que ça, et oui ! 😉 Une lutte d'influence, dont nous Français et Européens sommes encore trop absents alors que nous avons des principes à faire valoir en matière de responsabilité notamment. Mais de tout cela, cet article est bien loin...

    • Relisez l'article : les exemples d'Amazon et Bose correspondent à un témoignage admiratif du potentiel concernant la numérisation de nos vies. SXSW est censé proposer des innovations dans un contexte fort de prise de position et tendances à venir. C'est censé être bien au delà d'une foire d'exposition de produits. L'article met justement en lumière le fait qu'il ne suffit pas d'avoir quelques bonnes surprises pour faire une événement remarquable.