habillage
premium1
premium1
Homme asiatique tape sur un ordinateur
© JohnnyGreig via Getty Images

Meituan, Taobao... Ces sites chinois qui ont tout piqué aux géants américains

Le 27 sept. 2019

Connaissez-vous Meituan, Sohu ou Taobao ? Ces sites chinois inspirés des succès américains ont permis à la Chine de créer un vivier d’entrepreneurs et de s’imposer comme une puissance tech, raconte Kai-Fu Lee dans I.A, la plus grande mutation de l’histoire.

Dans les années 2000 et début 2010, les entrepreneurs chinois se mettent à copier frénétiquement les sites de la Silicon Valley. La pratique peut faire sourire, mais elle permet à la Chine de constituer un riche écosystème tech et des géants extrêmement solides. C’est ce que raconte Kai-Fu Lee (investisseur et ex-directeur de Google China) dans son livre I.A. La plus grande mutation de l’histoire (Les Arènes, septembre 2019), qui retrace l'histoire méconnue de l'internet chinois. 

Meituan, la copie de Groupon

Meituan, qui signifie « Joli Groupe », propose des coupons de réduction valides à la seule condition d’être utilisés par un grand nombre d’acheteurs. Le site a été créé en 2011 par un dénommé Wang Xing. L’entrepreneur chinois n’en est pas à son coup d’essai en matière de copies. Avant Meituan, il a lancé des sosies de Friendster, Facebook et Twitter. Mais Meituan reste le véritable succès de celui que Forbes baptisa le « cloneur ». Il faut dire que le modèle de Groupon a tout pour plaire aux clients chinois « obsédés par les réductions », écrit Kai-Fu Lee dans son livre. Wang Xing n’est d’ailleurs pas le seul à s’en inspirer. Plus de 5 000 start-up chinoises se sont lancées dans le business des achats groupés. Mais seul Meituan est sorti victorieux de cette bataille des « mille Groupon ». Car Wang Xing ne s’est pas contenté de copier Groupon à l’identique, il a adapté le site aux préférences des Chinois en proposant notamment une interface surchargée. Chose que le vrai Groupon n’a pas pensé à faire avant de s’implanter en Chine.

Meituan est aujourd’hui l’une des plus grosses entreprises tech du pays avec 6,4 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Wang Xing, le serial copieur, a su se muer en entrepreneur et diversifier son entreprise en suivant les modes de consommation. Meituan propose désormais un service de livraison de repas à domicile, de réservation de billets de spectacle, d’hôtel, de massage...

Sohu, la copie de Yahoo !

La Chine doit son premier moteur de recherche à Charles Zhang, un physicien chinois doctorant du MIT. Lors de ces années dans le prestigieux laboratoire américain, Zhang assiste au début d’internet aux États-Unis. Il rencontre notamment le fondateur de Yahoo ! Jerry Yang. Lorsqu’il rentre dans son pays, Charles Zhang crée Sohoo en 1998. Un moteur de recherche directement inspiré de Yahoo ! Sohoo est un mot-valise « combinant de manière assez peu subtile le terme chinois pour recherche « sou » et le nom de son modèle américain », indique Kai-Fu Lee. Le dirigeant modifia l’orthographe pour Sohu peu de temps après. Histoire, peut-être, de rendre le plagiat moins évident.

De toute façon, Sohu n’inquiète pas Yahoo ! Les copies chinoises ne sont pas perçues comme des menaces par la Silicon Valley, qui les voit plutôt comme « une petite expérience intéressante menée par un pays technologiquement arriéré » dixit Kai-Fu Lee. En 2009, Sohu était la troisième entreprise à la plus forte croissance au monde selon Forbes. Le site, devenu un grand portail réunissant info, météo, recherche, a généré 1,88 milliard de dollars en 2018.  

Taobao, la copie d’Ebay

Ebay se lance en Chine en 2002. Les fonctionnalités sont les mêmes que pour les autres pays et n’ont pas été adaptées au marché chinois. Les serveurs sont basés aux États-Unis ce qui ralentit les temps de chargement pour les utilisateurs. De quoi donner l’occasion à Jack Ma (ex-PDG d’Alibaba, parti en septembre 2019) de faire mieux en lançant Taobao. La plateforme d’e-commerce type vente aux enchères copie les fonctionnalités de base d’Ebay mais y ajoute des fonctions qui correspondent au marché local. Et surtout, Jack Ma, conscient que les utilisateurs hésitent encore à acheter en ligne, lance un nouveau modèle de paiement avec Alipay. Cet outil permet de verrouiller le montant payé par l’acheteur jusqu’à ce qu’il confirme la réception de son colis. Alipay propose également une messagerie instantanée pour qu’acheteurs et vendeurs puissent échanger. Jack Ma lance également le modèle freemium sur Taobao : tous les dépôts d’annonces gratuits pendant trois ans. Ces innovations commerciales expliquent selon Kai-Fu Lee comment Taobao parvient à arracher d’importantes parts de marché à Ebay, qui finit par quitter le marché chinois un an après son lancement. Pas mauvais Jack…

Trois exemples qui soulignent que copier peut aussi être un acte d'innovation, surtout quand la copie répond mieux aux attentes spécifiques du marché local. Une adaptation nécessaire que les géants de la Silicon Valley (par ailleurs eux-mêmes bons praticiens de la technique de la copie) n’ont pas bien compris au départ. Considérant avec une certaine morgue que leurs solutions étaient universelles, ils ont souvent pensé que les utilisateurs les adopteraient sans qu'eux aient besoin de s'adapter. Ils n'ont pas vu ces copies made in China comme une menace. Selon Kai-Fu Lee, ce manque de clairvoyance explique pourquoi les géants américains n'ont pas pu franchir la muraille de Chine.

LIRE AUSSI : 

Zao, l'appli chinoise qui vous incruste dans les séries, cartonne autant qu'elle inquiète

Selon la CIA, Huawei serait financé par le gouvernement chinois

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.