habillage
premium1
premium1
le grinch film

Ces vilains bots qui veulent racketter Noël

Le 8 déc. 2017

Dotés d’une armada de bots, de petits malins rachètent actuellement les jouets les plus populaires de la saison pour les revendre sur eBay et Amazon au prix fort.

Baptisés « Grinch bots » en référence au film de Noël « How The Grinch Stole Christmas », des pirates pourraient voler sans vergogne le dernier jeu à la mode que vous réclame junior depuis des mois. Imaginez-vous lui expliquer qu’une armée de bots malveillants vous a raflé tout le stock, alors même que vous étiez plein-ne de bonne volonté ?
Aux États-Unis, et si la technique n’est pas nouvelle (nombreux sont celles et ceux qui ont recours aux services de bots pour revendre des tickets de concerts sur des sites tierces), c’est la première fois que le phénomène se transpose à la période des fêtes de fin d’année. Logique si l’on y réfléchit bien, puisque la demande est rarement aussi forte qu’à l’approche de Noël.
Et la technique est bien rodée. En utilisant un logiciel capable d’identifier les pages des produits les plus populaires avant même qu’ils ne soient mis en vente, les bots achètent simultanément des milliers de jouets avant que les internautes ne puissent le faire. En résultante et selon Ali Velshi, correspondant pour la NBC et la MSNBC, les consommateurs-trices se retrouvent confrontés-ées à des pourcentages de majoration faramineux en comparaison au prix réel des produits sur le site des détaillants.

« Les incontournables Fingerlings, ces jouets interactifs en forme d'animaux, se vendent à 14,99 $ au prix de détail, mais ont été mis à prix sur certains sites à des montants allant jusqu'à 1 000 $. », rapporte la NPR (National Public Radio).

L’an dernier, le Congrès américain avait déjà tenté d’endiguer le phénomène en adoptant une loi de régulation destinée à la revente de tickets d’évènements. Elle pourrait à l’avenir être remaniée si le phénomène venait à s’intensifier.

Mais pas de panique. Pour faire honneur à l’esprit de Noël et vous prouver que justice peut aussi être faite grâce aux bots, jetez un œil au projet Re:scam de Netsafe. Pour rendre fous les arnaqueurs en ligne, l’ONG a imaginé un chatbot capable de les piéger à leur propre jeu.

Re:scam
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.