premium 1
Homme équipé d'une machine artisanale qui lit dans ses pensées.
© RichVintage via Getty Images

La machine qui lit dans vos pensées, c’est pour bientôt

Le 3 mai 2019

Des chercheurs ont mis au point un décodeur neuronal capable de traduire les signaux qu’envoie le cerveau en phrases (plus ou moins) intelligibles. Un espoir pour les personnes qui ont perdu la capacité de parler. 

Une machine capable de lire les pensées. Le concept fait frissonner. Mais pour les personnes qui ne peuvent plus parler suite à un accident vasculaire cérébral par exemple, une telle technologie représente un réel espoir. Des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco planchent activement sur le sujet.

Ils ont mis au point un décodeur neuronal, présenté en avril dans la revue Nature. Ce dispositif traduit les signaux envoyés par le cerveau en paroles prononcées par une voix synthétique.

Utiliser les signaux cérébraux pour produire des mots

Pour développer ce décodeur, les chercheurs ont mené une étude sur cinq patients équipés d’électrodes au niveau du cerveau (ils en étaient déjà équipés pour un traitement contre l’épilepsie). Les « cobayes » ont prononcé une centaine de phrases afin de permettre aux chercheurs d’identifier quels signaux étaient envoyés par le cerveau lorsqu’ils articulaient les mots. « Les signaux cérébraux liés aux mouvements de la parole sont en partie communs à tous les individus », explique à l’AFP Edward Chang, l’un des chercheurs à l’origine de ce projet.

Des phrases pas toujours compréhensibles 

Les scientifiques ont aussi demandé à un participant de mimer des paroles sans les prononcer, façon play-back. Le résultat s’est avéré moins bon, mais les scientifiques ont tout de même jugé possible de synthétiser ainsi des mots.

Le dispositif, à l’état de prototype, n’est pas parfait. La voix synthétique mange certains mots. Vous pouvez l’écouter ci-dessous.

Un système plus efficace que celui de Stephen Hawking

Ce n’est pas parfait, mais la technique reste prometteuse. D'autant plus que la technologie existante pour permettre aux personnes souffrant de déficiences neurologiques de s'exprimer à l'oral reste limitée. C'est le dispositif notamment utilisé par feu le physicien Stephen Hawking. Le scientifique « parlait » grâce un système de reconnaissance faciale du mouvement des joues et des sourcils, qui lui permettait de saisir sur un ordinateur ce qu’il souhaitait exprimer. Un système pratique (et rendu open-source en 2014), mais très lent. Il permet de dire dix mots par minute, alors que le débit moyen est plutôt de 150 mots par minute, précisent les chercheurs dans Nature.

Contrôler son smartphone par la pensée 

D’autres laboratoires travaillent sur des systèmes capables de lire les pensées. En avril 2018, le MIT a dévoilé un appareil baptisé « AlterEgo ». Il est doté d’électrodes, qui lui permettent de capter les mouvements neuromusculaires le long de la mâchoire. Lorsqu’une personne verbalise intérieurement une pensée sans la dire à voix haute, sa mâchoire produit de très légères vibrations, qui sont interprétées par le système informatique d’AlterEgo.

Ce prototype ne permet pour le moment que de réaliser des actions simples sur smartphone ou autres équipements électroniques. Scroller, sélectionner un film, demander l’heure. Le tout uniquement par la pensée. Mais le chercheur à l’origine du projet pense qu’il sera un jour possible de retranscrire une conversation complète.

Et si les GAFA s'en emparaient ? 

Ces technologies ont des applications médicales prometteuses. Mais on voit la tournure qu'elles pourraient prendre si les GAFA commercialisaient de tels appareils. On ne fantasme même pas : créer une interface cerveau / machine est l’une des ambitions de Mark Zuckerberg. En plus de savoir qui sont vos amis, ce que vous achetez, l’heure à laquelle vous vous couchez et vos films préférés, ces entreprises pourraient apprendre à lire dans vos pensées.   

POUR ALLER PLUS LOIN :

>Cool (ou pas) ? Ces machines peuvent calculer nos émotions sur notre visage

>Facebook fait semblant de vous demander votre permission pour scanner votre visage

>Enceintes connectées : attention à ce que vous dites à Alexa

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.