habillage
Poulets en cage
© chee gin tan via Getty Images

Les grands patrons français de la tech s'engagent pour la cause animale

Le 3 juill. 2020

Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon collaborent au Référendum pour les animaux aux côtés d'associations militantes. Leur but : proposer des mesures contre la maltraitance animale comme la suppression de l’élevage intensif.

L214 et Xavier Niel, l’association peut paraître incongrue. Pourtant le patron d'Iliad (Free) s’engage pour un Référendum pour les animaux, aux côtés d’une vingtaine d’associations de défense de la cause animale, dont L214, Sea Shepherd et Peta France, et du journaliste Hugo Clément. Marc Simoncini (le créateur de Meetic, entre autres) et Jacques-Antoine Granjon (PDG de Veepee, ex Ventes Privées) ont également pris part à ce projet.

Ce référendum d'initiative partagée (RIP) propose six mesures assez radicales dont l’interdiction de l’élevage en cages, de l’élevage intensif, des spectacles d’animaux sauvages et des expérimentations animales (lorsque des alternatives existent). Si le référendum obtient 4,7 millions signatures et le soutien de 185 parlementaires, une proposition de loi pourra être soumise au vote du parlement.

Xavier Niel a eu un « déclic » en regardant les vidéos de L214

« Il y a quelques années, je n'étais pas sensible à la cause animale, a expliqué Xavier Niel lors d’une conférence de presse jeudi 2 juillet. En voyant les vidéos de L214, j'ai eu un déclic. Mes enfants m'ont aidé à comprendre que cette insensibilité était une erreur ».

Même sentiment pour Marc Simoncini : « on ne peut plus vivre avec la souffrance animale. La société entière est en train de se tourner vers cette prise de conscience ».

L’initiative mérite d’être soulignée car il est assez rare de voir de grands patrons défendre des idées politiques (sauf quand elles concernent directement leur secteur), encore moins être moteurs d’un projet de référendum. Mais comme l’a souligné Hugo Clément lors de la conférence de presse, le sujet de la cause animale « est transcitoyen et de tous les camps politiques. »

Une belle cause… et des opportunités business

Outre-Atlantique, certains patrons de la tech semblent aussi sensibles à la cause animale… et à l’opportunité de développer des produits sans viande, notamment de la viande végétale. Un marché qui pourrait s’avérer porteur (estimé à 140 milliards de dollars dans dix ans). Jeff Bezos et Bill Gates ont respectivement investi dans NotCo, une start-up chilienne spécialisée dans les alternatives aux protéines animales et Beyond Meat, le spécialiste du steak (pardon, galette) sans viande.

Il y a fort à parier que Marc Simoncini, Xavier Niel et Jacques-Antoine Granjon, qui font partie des plus gros investisseurs de la French Tech, s'intéressent aussi à ce secteur. Kima Ventures, le fonds d’investissement de Xavier Niel, soutient déjà la start-up 77 foods, qui fabrique du bacon à base de plantes.

Marine Protais - Le 3 juill. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.