premium 1
Zuckerberg sur des billets de banque américains
© Alessio Jacona & hynci via Getty Images

La monnaie de Facebook menace-t-elle la souveraineté des États ?

Le 7 mars 2019

La crypto-monnaie de Facebook pourrait n’être qu’un coup marketing sans grand intérêt. Mais elle pourrait aussi transformer les échanges monétaires et remettre en question la souveraineté de certains États selon Alexandre Stachtchenko, co-fondateur du cabinet Blockchain Partner.

Le 28 février 2019, le New York Times ravivait une rumeur vieille de plusieurs mois : Facebook serait sur le point de lancer sa propre crypto-monnaie, un « Facebook Coin ». Il permettrait aux utilisateurs de la messagerie WhatsApp (propriété de Facebook) de s’échanger de l’argent. Facebook tente-t-il un coup marketing ou est-il en train révolutionner l’usage des crypto-monnaies et, plus largement, les échanges monétaires ?

Alexandre Stachtchenko, co-fondateur du cabinet de conseil Blockchain Partner, est partagé.

2,3 milliards d’utilisateurs

« La monnaie de Facebook pourrait être intéressante si les équipes ouvrent leur blockchain à d’autres acteurs, comme des plate-formes d’échanges, des places de marché », explique Alexandre Stachtchenko. Il faudrait aussi que la crypto-monnaie de Facebook puisse être utilisable pour des achats en ligne (sans avoir à la convertir).

Au total 2,3 milliards de personnes – le nombre d’utilisateurs de Facebook, WhatsApp et Instagram réunis (les trois messageries devraient fusionner), pourraient utiliser cette monnaie.

Au Venezuela, les habitants utilisent le Bitcoin en masse

De quoi, selon Alexandre Stachtchenko, remettre en cause la souveraineté des États. « Il ne faut pas raisonner qu’à travers le prisme des pays développés de l’OCDE où les monnaies sont relativement stables. Dans certains pays, comme l’Inde ou le Venezuela, les cours monétaires sont fortement soumis à l’inflation. Dans ce cas, c’est plus facile pour Facebook de supplanter la monnaie du pays. Pour les habitants, il y aurait plus d’intérêt à rester dans l’écosystème du Facebook Coin, qu’à se servir de la monnaie nationale ». Le coin du géant du web promet d’être un « stable Coin », indexé sur différentes monnaies, pas seulement sur le dollar. Il ne devrait donc pas être fluctuant, comme le sont d’autres crypto-monnaies. Au Venezuela, beaucoup d’habitants préfèrent déjà utiliser le Bitcoin, pourtant très volatile, plutôt que le bolivar.

Le sujet devrait alerter les Banques centrales, estime Alexandre Stachtchenko, qui jusqu’ici se sont désintéressées des crypto-monnaies. Et c’est sûrement, d’ailleurs, l’un des principaux intérêts de ce projet : rendre les crypto mainstream.

Problèmes techniques

Mais avant de se projeter dans un tel scénario, Facebook devra dépasser certains problèmes techniques. Les protocoles blockchain étant réputés pour leur lenteur et leur forte consommation en énergie.

Autre problématique : la confidentialité des transactions. C’est l’une des grandes inconnues de ce projet. Les messages WhatsApp sont cryptés. Les transactions monétaires que pourront effectuer les utilisateurs via le Facebook Coin seront-elles, elles aussi, confidentielles ? « Si Facebook choisit cette option, il s’attirera les foudres des régulateurs », explique Alexandre Stachtchenko. Car une anonymisation des transactions favorise la voie au blanchiment d’argent, trafic de substances illicites… « Un risque que l’on imagine mal être pris par Facebook », conclut Alexandre Stachtchenko.

Donneriez-vous votre passeport à Facebook ?

Mais si les transactions ne sont pas anonymes, Facebook connaîtra les transferts monétaires effectués par ses utilisateurs. Et pourrait très bien les monétiser, comme il monétise déjà nos likes et nos données. L’entreprise devra aussi stocker des documents importants, comme la numérisation des passeports de ses utilisateurs. C'est ce que font aujourd’hui les banques. Les utilisateurs devront faire entièrement confiance au réseau. Et la confiance, depuis le scandale Cambridge Analytica, n’est pas vraiment le fort de Facebook. 

POUR ALLER PLUS LOIN

> Trois manières stupides de perdre une fortune en bitcoin

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.