Le camion Tesla Semi recouvert d'un pouce baissé sur fond rouge

Le camion de Tesla serait un « jouet pour riches » qui « n’ont aucune idée du monde du transport »

Un journaliste spécialiste du transport routier répertorie toutes les mauvaises idées de design du poids lourd conçu par l'entreprise d'Elon Musk, dont les premières livraisons ont eu lieu fin 2022.

  « Un véhicule complètement stupide », « un jouet pour riches » conçu par des personnes qui « n’ont aucune idée du monde du transport ». Voilà les termes peu flatteurs choisis par Tomasz Oryński, journaliste indépendant spécialiste du transport routier et lui-même camionneur, pour décrire le Tesla Semi. Sur Twitter, il détaillait en décembre tout ce qui lui semblait problématique après avoir visionné une récente vidéo de présentation de ce semi-remorque électrique. L’illustration d’un objet hautement technologique mais ne prenant pas en considération ses utilisateurs finaux. 

Les premières livraisons de ce poids lourd de 37 tonnes au design futuriste ont commencé en décembre, cinq ans et quelques de retard sur le calendrier après sa présentation en 2017. Le véhicule a pour ambition d’être le « futur du transport routier » . Durant sa présentation, Elon Musk et son ingénieur Dan Priestly ont insisté sur le fait qu’il avait été « construit autour du conducteur » grâce notamment à sa cabine spacieuse. Mais cet argument est loin de convaincre Tomasz Oryński.

Espace inutile

À ses yeux, son design n’aide au contraire en rien les routiers dans leur quotidien. Il prend notamment l’exemple du siège conducteur placé au centre de la cabine, et donc loin des portes et des fenêtres. Cette position est censée donner une meilleure visibilité au chauffeur sur la route. Mais pour Tomasz Oryński, elle risque de le gêner pour payer un péage, sortir du véhicule. « Les portes de la cabine sont à l'arrière. On entre, on accroche son manteau, puis on doit faire quelques pas pour s'asseoir derrière le volant. Cela signifie que vous gaspillez l'espace de la cabine pour un couloir, en fait. Vous ne pouvez pas y placer un lit pour que le conducteur puisse se reposer, car il y a des portes à cet endroit », poursuit-il. 

Le chauffeur évoque également les tablettes tactiles qui servent d’écrans de contrôle. Il a eu l’occasion de tester ce type de système dans d’autres modèles et estime que le tout écran entrave l’attention du conducteur sur la route. « Il faut un bouton physique que l’on peut actionner sans avoir à quitter les yeux de la route. » Le design des rétroviseurs lui semble également peu fonctionnel. Ceux-ci sont très éloignés des fenêtres, rendant leur nettoyage plus compliqué. 

800 km d’autonomie, mais pour quoi faire ?

Par ailleurs, le journaliste minimise la hype autour de ce semi-remorque censé permettre à l’industrie de se décarboner. Il estime que le Tesla Semi n’est pas si novateur. « L’industrie du camion roule déjà à l’électrique depuis des années. Des constructeurs qui savent comment construire un camion proposent déjà de très bons produits : Volvo FM Electric et Mercedes e-Actros », avance-t-il. Le secteur est toutefois loin d’avoir fait sa transition énergétique. En 2021, le diesel alimentait toujours 95,8 % des camions immatriculés dans l’Union européenne, contre 19,6 % des voitures neuves particulières. 

En revanche, le Tesla Semi se distingue de la concurrence par son autonomie : il est capable de rouler 800 km non stop. Mais là encore, notre twitto s’interroge sur l’intérêt de cette autonomie prolongée. « Personne n'a vraiment besoin d'un camion qui peut rouler non-stop pendant 10 heures. Les conducteurs ont besoin de repos, de pauses toilettes pour le déjeuner… »

Le thread de Tomasz Oryński n’est évidemment qu’un témoignage, qui plus est par un chauffeur qui n’a pas encore eu l’occasion de tester le véhicule. Mais sa publication, aimée par près de 11 000 personnes et retweetée plus de 3 000 fois, est approuvée par d’autres chauffeurs routiers. Elle illustre bien la façon dont certaines innovations ont pour ambition de transformer une industrie à coups de tech, en semblant ignorer les besoins de ses utilisateurs. 

commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    A chaque nouvelle invitation, les critiques ont fusé contre Tesla, à présent la concurrence essaye sans succès de rattraper Tesla. Alors laissons les idiots aboyer tant qu'ils le souhaitent...

  2. Anonyme dit :

    Allez sa prend un sertin temps avant que les conducteurs s’habitue à la nouvelle technologie
    Et moi je suis conducteur depuis 23 ans Montréal
    CALIFORNIA et j’adore j’ai bien hâte de conduire le camion Tesla et j’adore Elon Must ses vraiment un génie de tout les temps trop facile de critiquer et d’aller prendre sa bière 🍺 gloire à Tesla

  3. Anonyme dit :

    Il a fallu combien d'heures de travail à des enfants dans les mines pour récolter suffisamment de cobalt pour son énorme batterie?

  4. Anonyme dit :

    Dès qu'il y a innovation, les détracteurs sont nombreux car c'est une démarche ce mossieur "Tomasz Oryński" a t-il des propositions contructives à formuler ?

  5. Anonyme dit :

    Déjà quand le mec balance une telle critique sans même avoir essayé, il y a un problème... Je me doute que le produit n'est pas parfait et qu'il a certainement des défauts, mais c'set comme ça qu'on avance, en corrigeant les erreurs pour avoir produit le plus abouti possible.
    Le point qui m'a fait le plus rire : avoir une autonomie de 800km ne va pas dire que tu vas conduire 800 bornes non stop, c'est juste que il n'y aura pas besoin de recharger pendant un moment et donc des économies.

  6. Huggel dit :

    Musk est le roi du baratin.
    C'est un très bon boniments, un programmeur moyen, un financier spécialiste des pyramides de ponzi.
    Mais certainement pas un constructeur de camion.
    5 ans de retards, un joli design, mais rien de pratique et certainement bien coûteux.
    L'homme le plus riche du monde, mais ruiné par ses placements bidons.
    Et ne dites pas le contraire, 44 milliard de perte, l'équivalent de l'achat de twitter, où il n'a mis que 20 % de ses propres fonds.

Laisser un commentaire