SEC amende cryptomonnaies BlockFi

Amende record pour la plateforme de cryptomonnaies BlockFi

100 millions de dollars : la plus grosse amende jamais infligée à une plateforme de cryptomonnaies. Le gendarme des marchés américains envoie un signal fort à tout le secteur des cryptomonnaies.

« N’achetez pas simplement des cryptomonnaies, gagnez-en !  » La promesse était alléchante. Pour finir d’appâter les investisseurs et investisseuses, la plateforme BlockFi proposait en plus des rendements particulièrement attractifs : jusqu’à 9,5 % rémunérés directement en cryptos, sous réserve de souscrire à son produit phare, un compte rémunéré en cryptomonnaies (BlockFi Interest Account). Mais ce type d’offre n’est pas conforme à la loi fédérale américaine encadrant les produits financiers. La plateforme BlockFi vient donc de se faire épingler par la SEC (Security and Exchange Commission) et devra s’acquitter d’une amende record de 100 millions de dollars, la première de ce montant pour une entreprise du secteur des cryptomonnaies.

Manque de transparence

Accusée d’avoir manqué de transparence et failli à son devoir d’information quant au risque associé à ce type de produits, l’entreprise versera 50 millions de dollars à la SEC et 50 autres aux 32 États fédéraux du territoire américain. La plateforme BlockFi s’est spécialisée sur le secteur risqué du « crypto-lending », c’est-à-dire les prêts adossés à des cryptomonnaies. Mais c’est son produit le plus commun, le compte en banque rémunéré en cryptos, qui a finalement été interdit par la SEC. L’entreprise qui revendique 1 million de clients, 10 milliards de dollars d’actifs gérés et 500 millions de dollars d’intérêts versés a donc gelé le produit, dans l’attente d’une mise en conformité et d’un enregistrement en bonne et due forme auprès de la SEC. L’instance de régulation américaine entend créer un précédent, de manière à limiter les outrances d’un marché complètement dérégulé.

Serrer la vis pour tout le secteur

Cette décision intervient dans un contexte qui se tend pour cette industrie en plein boom et qui a encore tous les atours d'un Far West économique. Gary Gensler, le patron de la SEC, a déclaré vouloir serrer la vis pour tout le secteur. Ancien de chez Goldman Sachs, où il était associé et codirecteur des finances, Gary Gensler a également été directeur financier de la campagne présidentielle d'Hillary Clinton en 2016. Pugnace, le gendarme des marchés s’est donné pour mission de protéger les petit·e·s investisseurs et investisseuses face aux néo-courtiers et autres plateformes qui démocratisent le trading. Celles-là mêmes qui omettent souvent de communiquer sur les risques de perte en capital associés à ces pratiques. Car pour quelques crypto-milliardaires, combien d’amateur·rices crypto-ruiné·e·s ?

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.