Zelensky, Poutine, cryptomonnaies

Quel rôle jouent les cryptomonnaies dans la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine ?

De part et d’autre du conflit, l’adoption de Bitcoin, la plus stable des cryptomonnaies, explose. De réserve de valeur à outil de transactions, on fait le point sur le rôle joué par les cryptomonnaies dans la guerre avec deux experts.

Grégory Raymond : « On découvre l’intérêt d’une monnaie décentralisée qui ne porte la couleur d’aucun pays »

Grégory Raymond est journaliste et spécialiste des cryptomonnaies. Il est à la tête de 21 millions, la newsletter cryptos du magazine Capital.

Quelle place ont les cryptos dans la guerre en cours contre l’Ukraine ?

GRÉGORY RAYMOND : Les cryptos, Bitcoin en particulier, jouent un rôle important dans ce conflit grâce à leurs caractéristiques non-étatiques. On découvre l’intérêt d’une monnaie décentralisée qui ne porte la couleur d’aucun pays. La guerre russo-ukrainienne restera comme le premier conflit d’importance où le Bitcoin aura trouvé une utilité concrète sur le terrain. De nouvelles personnes vont le découvrir par ce biais, ce qui pourrait contribuer à dépasser l’idée reçue comme quoi il serait un simple actif spéculatif. Bitcoin est volatil, certes, mais permet à des populations de reprendre leur liberté financière.

Le gouvernement ukrainien a appelé aux dons, et depuis ce sont près de 51 millions de dollars qui ont été collectés en cryptomonnaies en une semaine. À quoi vont servir ces devises ?

Ces dons sont collectés sur des adresses cryptos contrôlées par le gouvernement. Celui-ci n’a pas dit explicitement ce qu’il en ferait. Cela peut être pour de l’humanitaire ou du militaire, par exemple. Les fonds peuvent être facilement convertis en dollars ou en monnaie locale via des plateformes d’échange.

Le ministre ukrainien Mykhailo Fedorov a appelé les plateformes de cryptomonnaies à bannir les utilisateurs russes. Qu’en pensez-vous ?  

Techniquement ça serait possible car tous les clients de ces sociétés doivent fournir des documents d’identité pour s’inscrire dessus. On peut donc facilement les bloquer. En revanche, j’estime que cette demande est excessive. Tous les Russes ne sont pas des oligarques ou des membres du Kremlin. La plupart de ceux qui utilisent les cryptos sur des plateformes d’échange grand public sont de simples citoyens qui tentent de se couvrir face à la dépréciation du rouble ou essayent de trouver des alternatives pour contourner les sanctions occidentales qui frappent leurs banques. La plupart des grands exchanges (Coinbase, Binance ou Kraken) ont publiquement refusé cette demande [ mise à jour 7.03 : Coinbase a depuis décidé de se mettre en conformité en bannissant 25 000 adresses russes]. Concernant les oligarques et les autres Russes placés sur liste noire, ces derniers ne peuvent de toute façon plus utiliser des services américains et européens dans le cadre des sanctions.

Que pensez-vous du scénario où les acteurs occidentaux se débarrasseraient brutalement de leurs assets pour faire chuter le cours et « ruiner » les épargnants russes qui se sont tournés vers Bitcoin comme réserve de valeur, en guise de représailles. Est-ce plausible ?

Le marché du Bitcoin est trop gros pour qu’on puisse imaginer un mouvement de “pump & dump”. Cela est seulement possible sur les marchés illiquides et les petites capitalisations. N’oublions pas que des entreprises comme Tesla, des centaines de fonds richissimes et l’État du Salvador sont positionnés sur le Bitcoin. Ce sont des acteurs économiques rationnels et je pense qu’ils n’ont pas envie de s’attaquer à la population russe, qui n’a de surcroît rien demandé et ne peut pas être tenue pour responsable des actes de Vladimir Poutine.

Ihsen Alouani : « Ouvrir une marge d’usage de Bitcoin comme monnaie, et plus seulement comme actif »

Spécialiste de la blockchain et de la cybersécurité, Ihsen Alouani est enseignant-chercheur à l’INSA et à l’Université Polytechnique Hauts de France. Pour lui l’adoption de Bitcoin des deux côtés de la guerre, en Ukraine comme en Russie, pourrait conduire à une acceptation croissante de la devise numérique comme monnaie et plus seulement comme un actif.

Comment expliquez-vous les achats importants de Bitcoin par des citoyens et citoyennes russes ces derniers jours ?

IHSEN ALOUANI : Les Russes se tournent en partie vers Bitcoin comme réserve de valeur, dans un contexte où le rouble est fortement dévalué (-27% depuis début 2022). Anticiper la dévaluation d’une monnaie nationale en stockant la valeur sur une monnaie déflationniste est un réflexe classique. Dans cette crise, Bitcoin remplit les critères de réserves de valeur et pourrait aussi s’imposer comme monnaie, puisque cette devise est décentralisée et n’est pas contrôlée par un gouvernement.

Toutefois, la position des autorités russes vis-à-vis des cryptomonnaies est contradictoire. En janvier dernier, la banque centrale russe proposait de bannir le minage de cryptomonnaies, une décision visant à fortement limiter leur usage. En février, le gouvernement russe annonçait une proposition de loi visant à réguler cet usage. On peut s’interroger sur le timing : le gouvernement russe a-t-il anticipé les sanctions et souhaité encadrer les cryptoactifs pour se protéger de la dévaluation potentielle du rouble ?

La Russie pourrait-elle utiliser les cryptomonnaies pour contourner les sanctions économiques ?

Les exemples de l’Iran et de la Corée du Nord nous montrent que les crytomonnaies ont déjà été utilisées comme instruments de contournement de sanctions économiques. Dans le premier cas pour continuer des échanges internationaux en contournant le blocus américain, et dans le second par le recours au vol massif de devises. Le fait que ces monnaies soient ouvertes, décentralisées et reposent sur des échanges peer-to-peer rend possible des transactions anonymes, à l’inverse des monnaies Fiat qui sont traçables. Toutefois, les cryptos sont davantage utilisées comme asset. Le marché est trop petit pour qu’elles soient un levier efficace de contournement dans le cas de la Russie.

Le ministre ukrainien Mykhailo Fedorov a appelé les plateformes de cryptomonnaies à bannir les utilisateurs russes. Qu’en pensez-vous ?  

C’est très peu probable. Bitcoin est une monnaie décentralisée et les échanges sont anonymes. Il est quasiment impossible de relier un numéro de wallet à l’identité d’une personne, il est donc difficile de repérer les wallets russes de façon précise, et il est encore moins envisageable de bloquer une quelconque transaction [ mise à jour 7.03 : Coinbase a depuis décidé de se mettre en conformité en bannissant 25 000 adresses russes].

Ce conflit va-t-il conduire à renforcer la place des cryptos dans le système financier international ?  

On observe une accélération dans l'adoption du Bitcoin, côté Ukrainien comme côté Russe. Ce conflit pourrait donc ouvrir une marge d’usage de Bitcoin comme monnaie, et non plus comme actif, accélérant l’acceptation de Bitcoin dans l’économie réelle. Mais pour ça il faudrait que les infrastructures de paiement autorisent les paiements en Bitcoin le plus largement possible. Or ce n’est pas encore le cas.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.